Chronique

VISION DIVINE - 9 DEGREES WEST OF THE MOON / Frontiers Records 2009

Cet album serait en quelque sorte le messie de l’année 2009. Pourquoi ? Le retour du King Fabio Lione au sein de sa formation d’origine : VISION DIVINE. Petit rappel : suite à un contrat d’exclusivité signé avec Joey De Maio, il avait était forcé de quitter le combo pour ce concentrer uniquement sur Rhapsody Of Fire (je résume bien évidemment car c’est plus complexe).
A l’annonce de son retour dans le groupe, mon sang a circulé à vitesse grand V. Et oui, une telle annonce ne passe pas inaperçue. Retour aux sources pour le chanteur, donc retour aux sources aussi sur la pochette. Notre Archange revient sur des tons plus colorés que la première fois. Le groupe le sait, il est attendu au tournant et n’a pas droit à l’erreur.

Aussi, attaquer avec un morceau de 9 minutes, il faut oser. « Letter to my child never born » est bien entendu un titre épique alternant les passages mélodiques, les passages chantés bien puissants, des interludes etc. Un sacré morceau à se farcir immédiatement et chose n’ai pas aisée car la chanson est bien complexe au niveau musical. Quand au chant : Fabio est époustouflant d’aisance. Pour continuer, on retourne dans une durée plus conventionnelle des chansons avec une moyenne entre 4 et 5 min par chanson.
L’ensemble de l’album se voit être la continuité logique de « Send me an angel ». Les chansons s’alternant entre ambiances électroniques, morceaux puissants entrecoupés de break et de passages plus mélodieux et posés ; tout comme sur des passages plus progressifs.
Une variation bien agréable d’ailleurs qui sera régulée voire même agrémentée par une prestation musicale trippante mais bien évidemment et surtout par une prestation vocale monstrueuse.

En effet, Fabio évolue sur divers registres vocaux. Les standards bien évidemment sur les lignes mélodiques et puissantes qui font tout son style et son unité. Pas besoin d’en dire plus, vous l’avez déjà entendu sur Rhapsody Of Fire. Par contre il y a de la nouveauté et c’est ce qui fait la force de ce retour. Pas de contraintes lyriques, mais là c’est plus une ouverture sur son côté bestial et agressif. Prenez par exemple « The killing speed of time ». Fabio s’écorche presque à vif et nous offre une performance impressionnante qui en ravira plus d’un, dont moi en premier.

Côté son, la production étant assurée par Timo Tolkki, vous vous imaginez bien que l’ensemble ressortira plus que bien et vous fera traverser un univers musical assez impressionnant et varié avec aisance.

Track liste: Letter to my child never born / Violet loneliness / Fading shadow / Angels in disguise / The Killing speed of time / The streets of laudomia / Fly / Out in open space / 9° west of the moon / Touch of evil / Fading shadow (demo version)

Conclusion : un superbe retour du Lion italien et d’une formation complète et rêvée par les fans. Tout colle parfaitement ensemble et une seule chose doit se produire (enfin, deux) : acheter l’album et les voir en concert !!!
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Vues : 1669 fois