Chronique

COEXISTENCE - CARRION COMFORT / Autoproduction 2009

Mesdames et messieurs, bien le bonjour. Aujourd’hui, un combo franco-suédois bicéphale appelé COEXISTENCE.. Vous aurez ainsi deviné qu’avec un francais à la guitare et à tout le reste, le chant sera forcément … suédois. Super simple pour composer, se produire, faire des répèts. Vive le progrès et la communication électronique. Donc, ça pourrait paraître un projet vite fait de deux types qui ont causé sur my space. « Salut, j’aime le métal. Trop cool moi aussi. Viens, on balance des riffs et, dans deux ans, on a un jet privé à notre effigie » (pour l’anecdote du jet, je me suis toujours pas remis de mon concert de METALLICA à Nîmes, desolé). Et bien, messieurs, dames, CA DEPOTE et c’est réellement hallucinant de professionnalisme. Et c’est d’autant plus hallucinant que les deux zoulous ont à peine passé les 20ans. Ca fait mal aux fesses pour nous autre trentenaires émérites qui bataillons à bouger nos pauvres doigts bardés d’arthrose.

On y va . Faisons dans l’exhaustif ! Le morceau éponyme CARRION COMFORT. LA CLAQUE. Un son de gratte qui tue, une putain de voix avec le grain qui va bien. A 21 ans, ca me troue le cul. On dirait du RUSSELL ALLEN (une révérence pour notre maître et sa voix inimitable et sa puissance). La composition est irréprochable, les riffs, c’est du lourd, les solos, c’est de la virtuosité efficace. Très gros niveau pour ces jeunes adultes. J’en reste impressionné. Le son, la prod, la technique, la voix, les compos, la maturité, les chœurs, tout est haut de gamme. A signaler, c’est de l’AUTOPRODUCTION. Eblouissant ! !

SEIZE THE DAY. Un joli son clair, une voix cristalline qui vient se poser sur cette intro. Charmant. Et re, on retourne au mastic. Du pur heavy, cette voix qui grogne toujours aussi bien. Les chœurs toujours très présents sur les passages accrocheurs. Ils savent composer et ils le font de manière très intelligente et très mature. Les solos dépotent vraiment, le son, les plans, les idées. Je lui tire mon chapeau, vraiment. De la graine de tueur de chez tueur. Félicitations, mon gars. Tu déchires (dixit la bible GUITAR HERO).

TWISTED SOUL. Ca rentre dans le lard de suite. On met en place, on claque du brout. Du lourd. Et la, on rentre dans un univers bien connu. On est sur du SYMPHONY X de la grande époque PARADISE LOST. Le chant a un mimétisme hallucinant. Guest star RUSSELL. C’est le même (avec un brin de puissance en moins, faut pas pousser non plus, RUSSELL RULES !). Les chœurs présentent aussi des similitudes. C’est puissant. C’est lourd, c’est bien construit. J’adore. Les mélodies sur couplets, ponts, refrains, sont fines, recherchées, bien élaborées. Du travail d’orfèvre. Je cause même pas des solos. Toujours cette maîtrise et pourtant aucune débauche d’énergie inutile. C’est vraiment mature.

LAYARTEB. LA, c’est BOUCHERY ! ! ! ! ! On y va gaiement. C’est du speed comme on aime. Des mises en place efficaces. J’en reste bouche bée quand je vois que les deux schmurtz ont à peine 20 ans. OUARCONG, moi, à leur âge, je luttai pour placer un ENTER SANDMAN supra technique pour moi! D’ailleurs je me suis toujours pas remis de METALLICA aux arènes de Nîmes. KING JAMES en personne qui balance BLACKENED d’entrée de steak ! Revenons à nos moutons. Cette qualité de composition est toujours présente, l’interprétation toujours sans faille. On est même gratifié d’un hurlement à vous foutre la chair de poule. BOUDIOU.

Sincèrement, un coup d’hallucination. Des types de 20 piges totalement matures. Très forts techniquement parlant. Des idées de ouf malade. Bon, faut toujours critiquer un peu, entre zykos, c’est normal. Le chant, parfois un peu a côté (mais vraiment parfois !). Et, selon moi, pour que ce jeune homme devienne un monstre, un peu de travail sur la puissance et la, ça va tout déménager. La gratte, aucune critique à formuler. Les compos, un petit hic. Vu le niveau des gars et le foisonnement d’idées, je pense qu’ils peuvent enrichir les compos et éviter de rentrer dans le cliché heavy prog un peu lourdingue. Un petit conseil, lâchez vous les gars. Y’a le niveau et les idées. Jouez sans pudeur ni apriori, éclatez vous et envoyez dans tous les sens.
Je conclue sur du positif. C’est une autoproduction avec un son énorme, un mixage de fou. Une qualité de musiciens rare. Des compos très belles et très bien pensées. J’admire, je respecte et j’espère avoir bientôt votre premier LP dans les mains. C tout le mal que je vous souhaite. Persévérez, vous deviendrez monstrueux (même si vous l’êtes déjà un peu).


 
Critique : Burno
Note : 8/10
Site du groupe : My Space officiel
Vues : 1024 fois