Chronique

DOMMIN - LOVE IS GONE / Roadrunner Records 2010

Mesdames et Messieurs, bien le bonjour. Aujourd’hui envolons nous vers les U.S.A et plus particulièrement Los Angeles pour découvrir un combo qui vient de signer tout nouvellement chez Roadrunner : DOMMIN (du nom de Kristofer Dommin, guitariste chanteur de son état). Cet album est leur deuxième performance et est intitulé LOVE IS GONE. Le combo a été créé en 2000 par Kristofer et n’a trouvé son line-up actuel qu’aux environs de 2007 afin de pouvoir accoucher de cet opus.

Alors, la musique délivrée par DOMMIN pourrait être d’une simplicité déconcertante à analyser mais d’un autre côté, terriblement complexe de par la foultitude des influences que l’on peut y déceler. Tout d’abord, force est de constater un certain côté intemporel que l’on peut retrouver dans leurs compositions. Certains morceaux tels que NEW ou DARK HOLIDAY vont vous faire un come-back obligatoire dans les années 60 tout en y incorporant des éléments de musique modernes pour donner finalement un produit excellent et abordable par tous.
D’autres compositions telles TONIGHT,I STILL LOST ou HONESTLY nous transportent dans les années New Wave influencées DEPECH MODE et vous feront planer dans ces périodes psychotropes où l’expérimentation était la clé de voûte de tout un mouvement musical.
WITHOUT HAND, WITHIN REACH ainsi que ONE FEELING nous envoie un pop rock psychédélique avec des influences doomo-gothiques et des relents plus que présents de TYPE-O-NEGATIVE et notre PETER STEEL international.
On ne pouvait pas, dans un album si éclectique, passer à côté des sempiternels slows : MAKING THE MOST, REMEMBER.
On est ainsi en présence d’un album qui joue sur tous les fronts, toutes les époques, tous les registres. Suffit d’écouter le chant tout au long de cet album. Plaintif, murmuré, poussé, langoureux, puissant, chaleureux, sa voix sait s’adapter aux besoins des morceaux et des ambiances qu’il faut procurer. Un énorme travail est effectué sur les atmosphères. Tous les instruments contribuent à leur manière. Les lignes de clavier nous transportent d’époque en époque par des mélodies ou des syncopes totalement variées et excellemment trouvées. Les guitares nous font voyager de décennie en décennie simplement par l’apport de sons actuels et puissants ou de simples accords lâchés. Chaque époque, son son ! Et eux savent jongler avec les époques. La rythmique bien présente derrière amène une fraicheur et une puissance très actuelle qui vient se greffer de la plus belle des manières sur des riffs et des compositions parfois totalement anachroniques. Ecoutez DARK HOLIDAY et vous comprendrez ce que je veux dire. Un mélange de styles des plus appréciables et des plus efficaces.

En conclusion, cet album est un produit que je qualifierai d’atypique. Pourtant, de prime abord, il semble audible par une majorité de gens mais une fois l’écoute plus approfondie, on réalise le mélange d’influences concentré là-dedans. Et au final, cet album est loin d’être aussi basique que ce qu’il pourrait y paraître à froid. Les sons sont travaillés, les différents instruments mixés de sorte à donner ce caractère intemporel à cette musique. Les idées de mélodies viennent de toutes les époques et fusionnent sans réel problème. Et je garde la voix pour la fin. En début d’écoute de l’album, les puristes des voix qui envoient les watts vont être blasés. Une voix toute fluette qui murmure et chante sans effort aucun. Juste une ligne posée à la légère. Détrompez vous, béotiens, la voix également est travaillée et s’adapte à chaque morceau car, vous l’entendrez par vous même, le grain, le timbre, la puissance, tout dans la voix sera fonction de l’ambiance voulue au sein d’un même morceau. Ecoutez religieusement la chanson REMEMBER et vous verrez toute l’ampleur de son chant.
J’étais assez revêche quant à l’écoute de cet album. Grand tort de ma part. J’ai finalement pris un grand plaisir à savourer ces mélanges de style, ces variations multiples. Un album que je conseillerai à tout le monde tant il est à la portée d’une majorité et tant il a été intelligemment conçu.

Playlist : My Heart Your Hands / New / Evenfall Hollow / Tonight / Love is Gone / Dark Holiday / Without End / Within Reach / Closure / Making the Most / One Feeling / I Still Lost / One Eye Open / Honestly / Remember
 
Critique : Burno
Note : 7/10
Site du groupe : Myspace de Dommin
Vues : 1025 fois