Chronique

COMO MUERTOS - CRONICA DEL DOLOR / Autoproduction 2010

Mesdames et Messieurs, bien le bonjour. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le cas d’un combo totalement atypique (et déjanté). Pour eux, le concept album, non. Le concept groupe, oui. Et quel concept. A base de vieux films d’épouvante, de poches d’hémoglobine et de cris de terreur, ce quartet bourguigno-espagnol vous servira un métal destructeur sur fond de chorizo et gevrey-chambertin, le tout subtilement agrémenté de hurlements et de martelages virils mais corrects. Allons voir exactement de quoi va nous parler c’te galette.

DESMEMBRADO A MACHETAZOS. Ca commence bien. Pas 10 secondes et, déjà, ca déchire tout. Son énorme, énergie énorme, riffs énormes. Ils sont pas là pour faire figuration, c’est sur. Ils ont choisi la politique du char d’assaut. Ca promet. Ca bouge beaucoup à l’intérieur du morceau, toutes les subdivisions rythmiques y passent. Du lourd, du très lourd. A confirmer.
COMO MUERTOS. De l’acide punk death métal. Ce son est vraiment énorme. Et pour tout le monde. Ca me ferait penser à du vieux NAPALM DEATH de la grande époque SUFFER THE CHILDREN. Avec un son plus propre, encore plus brutal. C’est qu’ils sont énervés, les bourguignospingouins.
EL ANTRO DE LA DISGRACIA. C’est vraiment de la tuerie primaire ! Mais sans jamais basculer dans le death technique impinable (pour mon plus grand plaisir). Ca pousse au cul mais ca file droit. Et ce chant. Enfin un putain de chanteur à « corones » avec une voix bien personnelle. Ca démonte vraiment.
CRONICA DEL DOLOR. Une boucherie et, en plus, ca groove. Ca shuffle même ! Ca joue très très bien. Franchement, c’est de l’éclate, leur musique. Et cette voix….
PESADILLA DIVINA. Un vieil extrait de film d’horreur pour nous maintenir sous pression et ca marche. Ils ont l’air un peu plus fin que la musique qu’ils pratiquent, les bourrins.
MATALOS. Ouarcong ! Ils lâchent rien, les types. Toujours très rock dans l’esprit, ca vous défouraille allègrement les oreilles. Ca envoie les pieds, la tête, les épaules, tout.
SALIDOS DE TIERRA. Très rock mais très punk aussi par moments. C’est de l’énergie brute lancée plein badin dans nos tronches. Et cette voix ….. Vraiment puissante. Ca faisait longtemps que j’avais pas entendu un truc aussi viril.
NECROFISTA. Encore du punk death qui déboîte. On est pas la pour tricoter. Ils envoient sans concession et sans pudeur. C’est vraiment excellent dans l’esprit. Ca dévaste tout sur son passage.
ORGIA. Intro macabre, son dévastateur, chant surpuissant, rythmiques ravageuses. La clé de la réussite.
IRREVERSIBLE SUPLICIO. C’est marrant, les titres. Ca vous fait penser à personne ? Bref, une division de blindés ferait pas autant de ravages. Dans la composition, ils ont tout compris. Faut que ca soit énergique, naturel, intuitif et brutal. Ils le font à merveille.
DECAPITADOS. Toujours cet esprit rock qui fait swinguer cette brutalité. Le jeu, les idées, l’interprétation, tout est rock dans cette musique. Ca dépote.
DESPERTADOS POR EL MAESTRO. Riff puissant, grosse rythmique, hurlements bestiaux. Une recette qui fonctionne. Et le son de char d’assaut y contribue fortement aussi. De par sa construction et par le passage instrumental empli de plaintes, on est sur une impression de morceau très cannibalesque. Un plaisir.
ULTIMO CALVARIO. Une fin instrumentale malsaine et pesante pour venir clôturer ce méfait Ô combien agréable. Judicieux.

Pour conclure, que dire sinon que ca déchire, ca dépote, ca envoie les pieds. Pas de concessions, pas de prises de tête inutiles. Ca file droit. Le son est monstrueux. L’interprétation est sans faille, ca joue vraiment bien. Les compositions sont d’une efficacité impressionnantes pour le jeune âge de ce groupe (qui vit le jour en 2005). Etonnant de maturité, de professionnalisme. L’énergie dégagée dans cet opus est rare dans les produits actuels. De surcroît, leur concept est franchement sympathique. Ils sont, si je ne m’abuse, également sur un concept de BD à leur image et ca a l’air bien fendard aussi. Ma grosse surprise de ces derniers mois.
Une musique efficace, très bien jouée, surpuissante. Un concept franchement accrocheur. Ils vont aller loin ces gars, là s’ils continuent à bosser dur et à surtout pas se relâcher. Félicitations et merci encore, votre album déchire littéralement tout sur son passage. Une grosse claque dans ma tronche. Je suis fan !

 
Critique : Burno
Note : 9.5/10
Site du groupe : My Space officiel
Vues : 963 fois