Chronique

NEVERMORE - THE OBSIDIAN CONSPARICY / Century media 2010

Cela faisait cinq trop longues années que j'attendais ce fichu nouvel album de Nevermore. Car oui le combo de Seattle est devenu au fil des écoutes un de mes plus gros coup de cœur de ces cinq dernières années, accentué par la sortie des albums solos de Warrel Dane et Jeff loomis tout simplement énormes. Donc le voilà aujourd'hui en ma possession comme un trésor trop longtemps chéri avec un peu d'appréhension !

« The termination proclamation » est donc la première pierre de ce nouvel édifice dédié au power trash et qui rassure d'entrée avec un riff spécifique de Mr Loomis ! Nevermore frappe d'entrée très fort avec ce titre rentre dedans, où l'ambiance sombre, mélancolique et perturbée règne en maitre. Plus que rassuré et tout excité j'attends l'arrivée de la suite qui se nomme « Your poison throne » qui s'enchaine à merveille et laisse apparaître une apparenté avec Rammstein sur des 'raise, raise' scandés par Warrel Dane. La suite est dans le moule habituel avec une certaine oppression, qui file la chair de poule.
Le groupe ne semble rien vouloir lâcher avec la plus rythmée « Moonrise (Through mirrors of death) » où Warrel Dane nous fait étal de son formidable organe dans des vocaux tout en nuances. Et si vous n'êtes toujours pas convaincus par le talent et l'envie de nos Américains peut être que « And the maiden spoke » va vous emballer. Il est vrai que les plus pointilleux diront que le groupe n'a pas beaucoup évolué depuis son dernier méfait, mais sa recette est si magique qu'elle ne souffre d'aucun point faible.
« The blue marble and the new soul » part fort avant de ralentir et de laisser place à de l'acoustique pour une pseudo ballade lourde et prenante. À nouveau le duo Loomis/Dane est fabuleux rendant les ambiances toutes aussi fortes les unes que les autres ! On continue baigné dans la mélancolie à l'état pur sur un nuage de calme post-nucléaire !! A noter un jeu tout en finesse de Jeff Loomis superbe. Une vraie ballade qui vous prend aux tripes, vous les retourne sans arrêt et sans retenue: quasi dérangeant. Pour moi le meilleur titre de l'album !
Heureusement pour votre âme « « Without morals » arrive chargé de bonnes intentions. Du gros bien rentre dedans qui laisse pas le choix : headbanger ! On retrouve avec « The day you built the wall » l'ambiance lourde et malsaine chère à notre quatuor. De quoi toujours vous laisser un sentiment d'insécurité et de mort qui vous tourne autour.
Deuxième moment calme avec « She comes in colors » qui ne dure pas et reprend du grand méchant qui déboite. Un pur moment épique avec un Van Williams étincellent sur sa batterie ! Voilà à nouveau un des hauts moments de cet album qui se fini prématurément et nous envoie sur un tonitruant « The obsidian conspiracy » qui te décalque les cervicales !! Un titre speed et dévastateur parfait pour la scène et qui conclut un retour gagnant avec force et conviction ! Du très grand art !!

Conclusion : Nevermore revient très fort avec cet opus délectable au possible qui reprend là où ils nous avaient laissé ! Du très bon power Trash unique et inimitable ! Je suis comblé !
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 968 fois