Chronique

DECEMBER PEOPLE - RATTLE AND HUMBUG / Magna Carta 2010

Après Blackmores’ Night il y a deux ans, après Rob Halford l’année dernière, voilà cette année December People qui reviennent sur les devants le la scène pour nous proposer une compilation des chants de noël revues à leur sauce. Mais attention, pas à la sauce de je fais ça à l’arrache façon commerciale pour vendre sans aucun état d’âme.
Ici, chaque titre a été travaillé dans un esprit particulier, avec pour influences les groupes qui ont bercés ces musiciens.

On débute par « What child is this ?» dans le style de U2. Le titre débute lentement et la grosse surprise : le travaille effectué par la formation est génial. On prend les grands airs des irlandais, on fond tout ça ensemble et on y colle les paroles de ce chant de noël. Une intensité énorme se dégage immédiatement et enfonce un premier clou. Le solo guitare est énorme. On croirait vraiment que c’est la bande à Bono qui joue.
Pour continuer, c’est « Joy to the world – Jingle Bells » qui est interprétée façon The Who. L’intro de Pinball Wizard retentit, s’en suit la ligne clavier de « Won’t get fool again » en y incorporant cette rythmique si connue dans le monde entier de « Joy To The World ». Et quand le refrain arrive : c’est bluffant tellement c’est bien fait et surtout bien pensé. Le tout en nous offrant de superbes solos à la guitare et un passage au synthé, avec pour conclusion le fameux Jingle Bells en version The Who.
On n’en reste pas là et c’est au tour de « We three kings » d’être revu à la sauce Sting. Le titre phare choisi de Sting est Desert Rose. Ici encore le savoureux mélange de ces deux titres posés et envolés est plus que bienvenu. Tout y est : la voix, l’ambiance et la légèreté de la musique.

Pour continuer dans la joie et la bonne humeur choisissons « Little drummer boy » et comme inspiration : ELP. Un son bien typique des années 70 dans une ambiance rock progressive pour cet hymne auquel se voit être incorporé un magnifique solo clavier. Le summum vient certainement du chant qui développe l’addiction à cette version.
Pour ce qui est de « Up on the rooftop – Feliz navidad », qui de mieux que de Santana et de son hit « Maria » et aussi de cette ambiance latino si propre à ce grand monsieur pour encrer ce chant de noël dans une version hispanique de plus endiablée. Ici encore le choix est parfait on n’a qu’une seule envie : danser avec sa partenaire.
Retour sur le sol anglais avec cette fois-ci le mythique groupe Queen choisit pour être la base de l’interprétation de « I heard the bells on christmas day ». Le piano raisonne façon « Bohemian Rhapsody / Is This The World we created / Good old fashion lover boy », le tout avec le son de Queen lors de ses premiers albums: bien roots et rock. Un régal avec un final sur l’hymne à la joie de Beethoven… Toute la splendeur de Queen représentée.

Changement de continent et retour chez l’oncle Sam avec le groupe Boston, choisi pour être la ligne directrice de l’interprétation de « God rest ye merry gentlement ». Ici le rock reprend le dessus. Ce titre ce voit être bien plus racé que les précédents vues le groupe choisit. Ici l’agressivité de la guitare se mélange avec la joie et la magie de noël.
On poursuit ce voyage musical avec le titre « Santa Claus is coming to town ». Un titre que tout le monde connaît et qui est revisité façon ZZ TOP. Autant vous dire que ça envoie du bois. Cet hymne chanté par tous les anglophones lancé dans cette mouvance rock bayou est très certainement du plus bel effet et des plus percutants en plaçant ici et là des passages des plus grands hits de l’album Eliminator de nos barbus faisant concurrence à Santa Claus au passage.
Au tour de feu Led Zepplin d’être choisit, et se voir influencer la version musicale 2010 de « The night before christmas ». Un titre lent et langoureux avec ces superbes montées à la guitare Zepplinniennes.
« Angels we have heard on high » se voit être un peu plus psychédélique mais toute autant pop. C’est Peter Gabriel et son titre Soulsburry Hills qui viennent faire acte de présence pour nous porter dans notre imaginaire à travers les sapins et la fameuse nuit de noël. Un titre prenant et envoutant.
Histoire de terminer cet album, on nous propose « Carol of the bells » version Yes. Ici encore la formule fonctionne bien et réentendre cette chanson en version pop rock façon années 70 nous fait voyager à travers le temps avec aisance.

Conclusion : cet album est un vrai bijou qui vous fera vivre les chansons de noël sous un nouvel angle. Les plus grandes influences du rock réunies sur un même disque par DECEMBER PEOPLE pour une interprétation magique des chants de noël !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site de December People
Vues : 1031 fois