Chronique

ROYAL REPUBLIC - WE ARE THE ROYAL / Roadrunner Records 2011

Décidément, la Scandinavie est un pays irréprochable pour beaucoup de choses. Tout d’abord sur le plan économique, ensuite sur le plan écologique, mais aussi et principalement dans notre cas, une ouverture d’esprit sur tous les plans fascinante. Pas comme nous, pauvres chauvins aux œillères.
Cette ouverture leur à permis d’évoluer et de proposer un large panel de groupes musicaux de tous styles : Abba pour le disco, Ace Of Base ou encore E-Type pour la dance, Hammerfall pour le metal, The Poodles pour le hard Fm et maintenant Royal Republic pour le metal punk rock.

L’abum débute en fanfare et fraîcheur avec « Royal » qui sur son refrain annonce le titre de l’album ‘We are the royal’. Un titre intro d’environ 1:30min. Le ton est donné.
« President’s daughter » se lance sur un air que l’on pourrait prendre au second degré, car joyeux mais en même temps envolé et puissant. Le côté je ne me prends pas la tête et je me fais plaisir se ressent, et c’est du bonheur ! « Walking down the line » se voit évoluer dans un domaine plus punk rock mais toujours dans cet esprit festif, rappelant un peu la fougue de Fiction Plane.
« All because of you » déboule dans un style plus proche des anglais de Muse et donne encore un coup de boost à cette musique qui tout en gardant son aspect rock s’inspire des divers sources musicales, avec quelques relents de Ska ici et là. « Good to be bad » arrive avec sérénité et se pose un peu par rapport aux morceaux précédents avant de monter sur le refrain histoire de nous faire vibrer.

« Full Steam Spacemachine » est une vraie tuerie. Ca sent la fraîcheur, le plaisir et la dynamique donnée est un délice. Un refrain simple, direct, et efficace et peu comme Freak Kitchen. On accélère le tempo avec « Cry baby cry » qui enfonce un peu plus le clou de part sa puissance et sa musique retentissante.
Au tour de « Tommy gun » qui a servi pour réaliser le premier clip vidéo de l’album. Un titre déjanté dans une veine rock punk avec une rythmique à la guitare qui donne une sensation de plaisir et d’intensité. Le solo est tout simple mais explosif ! « I must be out of my mind » en dit beaucoup sur les gars, car ici encore c’est de la folie pure et dure, nous plongeant dans leur univers musical avec aisance et énergie.
On accélère les choses sur « Underwear », qui vous l’avez compris a un texte très demandeur. L’intervention d’une fille avec son speech de blasée rajoute un plus à l’ambiance juvénile de la chanson. Une belle thèse sur les pensées des hommes. « 21st century gentlemen » pourrait être l’opposition de la chanson précédente, ou alors une métaphore de ce « Underwear ». Et c’est la seconde solution, mais le tout dans une ambiance plus virile.
« The end »… et bien non ce n’est pas le dernier titre, mais une chose est certaine c’est qu’avec ce morceau, le combo nous faire encore bondir à travers son rock punk déjanté. Le point final de l’album se fait avec « OIOIOI ». Un cri de rage en cette fin histoire de se donner une dernière fois à fond.

Conclusion : deux mots suffiront : DU BONHEUR !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site de Royal Republic
Vues : 714 fois