Chronique

TEN - STORMWARNING / Frontiers records 2011

Je sais que je vais passer pour un inculte mais avec se Stormwarrior je découvre Ten. Oui ces Anglais aux 15 ans de carrière, qui n'en sont pas à leur premier coup d'essai, m'étaient jusque là inconnus, sauf leur chanteur Gary Hughes qui m'avait bien gonflé avec son Veritas merdique à souhait. Alors vers quoi allons-nous avec cet opus !?

Une intro grandiloquente nous ouvre un « Endless symphony » qui n'en fini plus d'être grandiose et pompeuse. Un premier titre qui impressionne par ses arrangements et son côté musique de film. Niveau voix Gary Hughes nous délivre une prestation un peu pale et linéaire dûe tout simplement à sa voix qui manque de profondeur. Niveau guitare par contre sa tricote bien ! Voilà une entrée en matière qui laisse sur le cul, 7 minutes de jouissance. « Centre of my universe » nous lance dans un titre plus rythmé avec une voix linéaire posée qui malgré tout passe bien (qu'est-ce que ça aurait donné avec un mec de la trempe de James Christian de House of lords). Le refrain très mélodique est bien sympa. Dommage que la fin trop répétitive nuise à cette très bonne chanson.
Avec « Kingdom come » on trouve un hard mélodique plus simple, qui malheureusement manque de consistance. De plus la voix monocorde de se foutu Gary n'arrange pas le problème ! Seul le refrain marque un tantinet les esprits. Intro tranquille pour un « Book of secret » sympathique bien cool, qui se laisse écouter. Du pur hard Fm qui se réveille un peu plus après et apporte son lot de bonnes choses.
On envoie un peu plus sur la title track. « Stormwarning » donne un bon rythme et nous fait taper du pied. Gary nous livre une bien bonne interprétation sincère avec de l'émotion. Un très bon titre. Place à du semi soft avec « Invisible » qui avec son refrain énergique fait son petit effet. Du pur Aor qui envoie bien.
Intro étrange pour « Love song » qui me rappelle la chanson 'House of the Rising sun'. Une sorte de ballade agréable qui lorgne entre deux mondes. Bien faite même si elle manque d'un je ne sais quoi pour être plus convaincante. « 
The hour glass and the landslide» passe sans plus, peut-être la chanson la moins inspirée de cet opus.
Très jolie intro pour « Destiny », qui nous lance dans un hard rock classieux. On retrouve beaucoup de classe et d'idées, d'envie aussi dans cette sublime chanson portée par une lead guitare magnifique. Bref le titre de cet album !! On termine sur un « The wave » plus classique. Une ballade sympa qui fini bien cet album pas parfait mais intéressant.

Conclusion : après un départ tonitruant Ten nous offre un bon album de hard mélodique fait avec expérience. Reste pour moi juste une découverte sympa qui ne m'aura pas ébloui pour autant.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 875 fois