Chronique

ALESTORM - BACK THROUGH TIME / Napalm Records 2011

Après un très bon « Back Sail at Midnight » en 2009, nos chers flibustiers d’ALESTORM menés par le Captain Christopher Bowes, sont attendus de pied ferme pour confirmer qu’ils sont les maitres du « Pirate metal ».
Après l’écoute gratuite de « Shipwrecked » on était en droit de se dire que oui, mais qu’en est il de l’album ? Hissons la grand voile et partons dans cet univers de rhum, de batailles et de pirates ! (petit cadeau à qui croisera Jack Sparrow...ok je sors.)

On démarre sur une partie narrée où il est question de viking...(original mais j'adore le concept) « Back through time » débute comme « Captain Morgan’s revenge », un peu cacophonique et speed, puis on retombe sur nos pattes avec un riff simple et une mélodie entrainante à l’accordéon. Le son est toujours lourd (accordage en Do), typique du groupe. Cette chanson fait partie des pistes « épiques » où il est question de voyage et de bataille, donc très heavy avec des orchestrations qui sont majoritairement des cuivres (trompettes etc…).
Le fameux « Shipwrecked », taillé comme un single, est hyper efficace, mélodie qui rentre direct dans la tête, un peu à la « Keelhault », un poil réchauffé mais tant pis on aime ça…
Première chanson « picole » de l’album, « The Sunk’n Nowegian » a elle aussi un riff efficace et une mélodie festive. Les couplets alternent instruments classiques et guitare avant de se rencontrer sur les chœurs du refrain : absolument énormissime. « Midget Saw » apporte un coté plus brutal à l’album qui alterne plan heavy et plan trash. Pas mal mais on préfère Alestorm dans un registre plus festif et folk. « Buckfast Powersmash » va un peu plus loin dans l’agressivité mais de ce fait en fait un morceau pas accrocheur sauf les orchestrations à la fin. On arrive à la chanson à tendance nostalgique « Scraping the Barrel » qui a le coté triste de « To the end of our Days » et pourtant il donne envie de danser comme « Nancy the Tavern Wench » (les deux chansons calmes des précédents opus). Très réussi !
Korpiklaani a écrit « Beer Beer », « Vodka », « Tequilla », il était normal que « Rum » vienne de nos chers pirates. La piste démarre sur un riff quasi maidenien qui lance une chanson assez speed et un refrain que tout le monde pourra scander ! On a toujours ces cuivres qui se mêlent à l’accordéon et violon, mon Dieu que c’est bon.
« Swashbuckled » plus mid-tempo mais respectant toujours les ingrédients du groupe (chœurs sur le refrain, orchestration). Sympathique donc, surtout le clin d’œil à l’ « Admiral Nobeard » (imposant bassiste de Swashbuckle). Le délirant « Rumpelkombo » passe bien vite… En même temps six secondes c’est court.
Christopher Bowes a prouvé avec « Wolves of the Sea » qu’il peut transcender un morceau déjà existant. Il remet ici le couvert avec trois chansons. Celle-ci est « Barrett’s Privateers » (reprise de Stan Roger). Les chœurs souvent répétés sont absolument géniaux, on a envie de boire un bon coup. Mention bien pour le solo du guest Heri Joensen (TYR). On arrive à la pièce finale « Death Throes of the Terrorsquid » que l’on peut diviser en deux : la première partie où l’on a un Alestorm assez sombre, terrifiant, qui colle parfaitement aux paroles. Vient ensuite un hurlement qui fait penser à une tempête. Et on se retrouve dans…du Dimmu Borgir. Fermez les yeux c’est bluffant (Le chant est assuré par Ken Sorceron d’Abigail Williams). Les couplets sont séparés par un ensemble de violon qui jouent une mélodie folk et pourtant tragique limite malsaine. Une vrai musique de film, énorme morceau!!!
On fini sur deux joyeuses reprises « I am a Cider Drinker » de Wurzels et « You are a Pirate » qui semble être une chanson pour enfant dans un petit show TV. Ces deux chansons sont juste là pour faire la fête et ça marche !

Au final un album d’Alestorm réussi. Ils font ce qu’ils font de mieux, ils innovent pour le bien (Death Throes of the Terrorsquid) ou le moins bien (Buckfast Powersmash).
L’album se veut moins « sérieux » que les précédents avec la présence de nombreux morceaux où l’on parle juste de boire. Bref nos pirates voguent toujours parfaitement sous leurs couleurs et on les aime pour ça !
Un rhum, yo-oh et on se le repasse !


 
Critique : SBM
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel de Alestorm
Vues : 843 fois