Chronique

SVARTSOT - MALEDICTUS ERIS / Napalm Records 2011

Après le sombre « Ravenes Saga » et le plus festif « Mulmet Viser », Les danois de SVARTSOT nous livrent ici un «Maledictus Eris » dont j’attends de bonnes choses…serai-je contenté ? Allons voir ça de plus près !

Après la courte intro « Staden… », « Gud Giv Det Varer Ve ! » (À tes souhaits) semble indiquer que l’album tend plus vers « Ravenes Saga ». On est toujours avec des riffs simples mais assez lourds et efficaces, et cette flûte traversière qui est la clé de voute des compositions du groupe. Bonne entrée en matière. « Dodedansen » démarre de façon très brutale avec ce riff puissant et ce chant guttural très pesant qui se change parfois en grunt plus léger. Le chanteur fait du bon boulot. Le mariage de la flute à la mélodie de la guitare et très bien fait, ce qui donne une bonne stabilité aux morceaux. Première apparition des chœurs sur « Farsoten Kom » pour apporter un peu de diversité dans la recette du groupe.
Une très bonne intro à la cornemuse annonce « Holdt Net Af En Tjorn ». Le morceau monte progressivement en puissance pour continuer sur le style classique du combo. L’alternance des passages folks avec des passages plus brutaux est fantastique.
« Den Forgaengelige Tro » (non mais c’est quoi cette langue ???) est plus mid tempo et mari toujours flûte et mélodie folk jouée à la guitare. Le morceau est assez lent mais très bon, ça regorge de mélodies, on est bien dans du Svartsot.
« Om Jeg Lever Kveg » est un peu comme la précédente mais en plus speed (ou « comment un métronome vous change un morceau »). Donc pas mauvais mais déjà vu. On enchaine avec « Kunsten At Do » qui démarre à la guitare acoustique et flûte et passe le cap de la disto assez vite.
Même si j’aime beaucoup les mélodies adoptées par le groupe, la redondance se fait vite sentir. Mais bon l’album n’est pas fini, attendons un peu. Un « Den Nidske Gud » pas innovant nous confirme la tendance à l’essoufflement en cette fin d’album. Mais voilà un morceau qui change : « Spigren » est acoustique et chanté en clair et apporte une bouffée d’air frais et un peu de calme, assez agréable je dois dire. Et on se quitte sur « Og Landet Ligger Sa Ode Hen » (no comment), sur lequel on retrouve la cornemuse, qui reste assez discrète sur cet album.

Les danois nous livrent ici un bon album (si on aime le black folk bien sûr), mais qui a du mal à se renouveler. Mais bon cela ne se fera sentir que sur quelques chansons seulement, le groupe sait quand même faire dans la diversité (alternance des instruments, mélodies riches etc…) donc restons content. Vu les compos, le groupe doit déchirer en live, donc à guetter !
 
Critique : SBM
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel de SVARTSOT
Vues : 881 fois