Chronique

HATESPHERE - THE GREAT BLUDGEONING / Napalm Records 2011

Décidemment les danois de HATESPHERE sont de vraies machines. Depuis leur début en 2001 on avait droit à un album par an, et depuis 2007 tous les deux ans. Des danois réglé comme des coucous suisses… Voyons voir si après tant d’offrande leur trash tient toujours la route ! en avant pour « The great bludgeoning ».

On entre d’emblé dans le vif du sujet avec « The killer ». Riffs tranchants, martelage de fûts à toute allure, au moins on est sûr de ne pas s’être trompé de marchandise : on est bien dans le trash qui pulse. Le chant assez typique, entre parlé rapide et growl, très cliché mais ma foi ça passe plutôt bien.
Par contre je suis surpris par « Venom » qui démarre… à la guitare sèche. Très inhabituel pour un album de trash, surtout en deuxième piste. Le riff qui suit est plus mid tempo mais le couplet reprend la vitesse de croisière habituelle, soit 800 km à l’heure. Mais voilà j’ai l’impression que c’est le même riff que la piste précédente. Ce qui est à mon sens le problème du trash : ça se renouvelle peu. Et 6 minutes comme ça c’est long.
« Smell of death » et « Decayer » reçoivent la même critique : oui les riffs, le rythme et l’énergie donnent envie de headbanger jusqu’à ce que notre tête tombe toute seule, mais musicalement parlant c’est entendu, re entendu et re re entendu ! Bon ok les soli sont pas trop mal, c’est vrai.
La courte piste « The wail of my threnode » n’a aucun intérêt en soit et sert d’introduction à « Resurrect with a vengeance » qui suit inlassablement la même voie que ses consœurs.
Le titre éponyme « The Great bludgeoning » manque aussi cruellement de mélodies (il n’y a guère que sur le solo qu’on en as vraiment), c’est ce qui manque à ce style qu’est le trash. Ca doit se voir en live !
« Need to kill » vous épuisera encore un petit peu plus, parfois mid-tempo parfois ultra speed, malheureusement aucune âme ne se dégage des compos.
On termine avec « Devil in your own world » que je ne décrirai pas, de peur de vraiment trop me répéter.

En bref, vous l’aurez vu, le trash n’est pas ma tasse de thé. Pour le positif : De l’énergie à revendre, ça vous met des claques par paquet de dix, mais c’est tout. A part cela, trop peu de mélodies, trop peu d’innovation pour le style et trop peu de renouvellement au sein de l’album. Alors soit je suis difficile, soit ce n’est vraiment pas terrible.
Par contre en live ça doit être énorme pour chauffer une salle, et c’est d’ailleurs LE point fort du groupe : la scène.
 
Critique : SBM
Note : 5/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 863 fois