Chronique

MAGICA – THE SCROLL OF STONE / Underclass 2004

Rien de tel qu’une réédition d’un album. Surtout quand il s’agit d’un premier qui n’avait, auparavant, jamais été édité dans notre hexagone. Et pour cause, nos amis de MAGICA nous viennent d’un pays où peu de groupes dans le monde du métal émergent : la Roumanie. Ce premier album est ‘concept album’ qui commence avec un vœux : un vœux d’aventure et de liberté. Et bien je vais voir si avec ce premier opus, l’aventure sera bonne pour ce groupe, tout fraîchement venu de l’Europe de l’est.

Le premier titre, comme dans tout album conceptuel, est l’intro. Il se nomme « The Wish » et est joué au piano uniquement. Une belle entrée en matière nous rappelant les anciens temps.
Avec l’arrivée de « A Blood Red Dream » nous rentrons dans un univers plus speed. Une narration en latin pour introduire l’histoire, et c’est au tour de Ana (une jolie dame) de venir poser sa voix sur un rythme un peu plus calme. Le son de sa voix est bizarre. Ca sonne mal, un poil trop grave pour le style. Musique celtique et ambiance joyeuse lors des passages instrumentaux, et le retour du chant. J’ai vraiment du mal à me faire à cette voix, pourtant l’ensemble est bon.
« The Sun Is Gone » est un morceau très court (1min). On peu le considérer comme une interlude. Une ambiance calme et sombre, appuyant bien le contexte de l’histoire.
« The Sorcerer » se pointe avec violons et piano dans un univers très mélodieux. On rentre dans un domaine musical festif et entraînant. La musique est superbe : dans la lignée d’un Blackmore’s Night. Et là j’apprécie un peu plus la chant de Ana qui prend une voix plus aigu, ce qui lui réussie mieux et qui embelli l’atmosphère, et le morceau. Le final à la guitare et l’ambiance heavy a un effet du tonnerre.
« Road To The Unknown » débarque dans un registre heavy, bien agressif. Le chant revient, et c’est un morceau avec une batterie à percutée à tout va qui se met en place. Pauvres peaux. Un break après le solo guitare, et Ana reprend sa place avec sa voix aigu. Mais on sent qu’elle n’utilise pas toutes ses capacités vocales, et c’est bien dommage.
Les mouettes ouvrent « Daca », puis le synthé prend sa place suivi de près par les autres instruments. Un mid tempo bien sympathique chanté dans leur langue natale : le roumain. Un bien joli morceau pour une jolie langue. Un bon rendu, appuyé tout le long par la présence du synthé. Le refrain nous faisant penser à du Era.
« E Magic » est dans la même lignée que le morceau précédent. Chant en roumain, ambiance calme et reposante. Le problème est que l’on ne comprend l’évolution de l’histoire. lol . Mais ce la ne change pas au fait que musicalement le morceau, bien qu’il soit calme, est bon et entraînant.
« The Silent Forest » arrive paisiblement, avec une ambiance plus sombre. Le synthé arrive et nous mène sur un air épique et chevaleresque. Le hic de cette chanson vient du fait que c’est beaucoup inspiré de l’univers de Rhapsody & Luca Turilli. Pas que ce groupe et ce musicien soient mauvais, mais dans les paroles nous retrouvons : l’emerald sword, les monstres et les licornes etc… Cela n’empêche que le morceau reste bon.
« Moutains Of ice » est plutôt dans un registre très speed, avec des riffs fusant à la guitare. La basse se fait gratter ses cordes à 200 à l’heure, la batterie se fait titiller de façon très chaude, et le chant est très chaleureux aussi ; un peu à la Tarja (Nightwish).
Calme est l’arrivée de « The Key ». Une ambiance atmosphérique, rejoint par la douce et mélodieuse voix d’ Ana. Une belle ballade, qui trouve sa place au milieu de cet univers chevaleresque.
C’est reparti, un peu de festif avec le titre track de l’album. « The Scroll Of Stone » me fait headbanguer, me donne envie de faire la fête, de boire une bonne cervoise (et fraîche s’il vous plaît). Le meilleur titre de l’album. Le chant est énorme, tout comme le passage à la flûte, ou encore les solos guitare. Une superbe ambiance folk / médiévale.
On arrive sur le dernier morceau de l’album qui se nomme « Redemption ». C’est le chant qui ouvre le morceau, suivi par les instruments. Un rythme joyeux, dans un mid tempo qui, par la suite s’embelli avec l’arrivée des chœurs.

Ma conclusion : un bon album pour un premier. Le hic : un chant à améliorer et une production faible. Le son est bas ce qui est dommage, car cela gâche la musique. Par ailleurs si vous aimez un peu Mago De Oz, Rhapsody, Blackmore’s Night, Rhapsody ou encore Nightwish n’hésitez pas car vous trouverez un peu de tout ça dans cet album.
 
Critique : Lionel
Note : 6/10
Site du groupe : Site officiel de Magica
Vues : 892 fois