Chronique

LAST KINGDOM - CHRONICLES OF THE NORTH / LMP 2012

Sortis tout droit des garages Volvo à Gothenburg (non, ce n’est pas une blague…), en Suède, notre trio se voit avoir la même passion : le metal. Après quelques temps, le groupe se met à composer et en voici le résultat : un album de metal guerrier et mélodique. Un challenge assez important car on le sait tous, ce registre est saturé de groupes.

Surprise, pas d’intro pour lancer l’album, mais le titre éponyme « Chronicles of the North ». Ca bombarde rapidement histoire de s’annoncer correctement au public avec des termes comme « We are the heroes, we are immortals ». Un titre qui nous plonge dans le bain immédiatement et le trio prouve que le potentiel est là. Stefan Jacobsen (chant) nous offre une performance bien agréable et part sa voix douce mais aussi bien ancrée pour ce style musical. Bien évidemment on a droit vers les trois quart du morceau au fameux passage où seul la batterie et le chant reprennent le refrain histoire de donner une dimension plus guerrière ; mais cela reste quand même bien fait. « Warrior kings » se voit être un mélange de Helloween et Rhapsody. Un chant poussé ici et là, le tout dans ce metal mélodique. Je ne suis pas sur que tout ces hurlement soient nécessaires mais on dira que ça fait rétro. Ambiance plus sombre et posée pour « Dayling retreats ». Stefan se voit être aussi plus agressif niveau chant. Le morceau d’ailleurs se voit aussi être plus agressif tout en gardant les aspects mélodiques, qui au finals donnent un mélange accrocheur.

On repart à 200 à l’heure avec un Stefan s’égosillant pour lancer « Silver Moon ». Du speed metal mélodique variant entre du Stratovarius et du HammerFall mais toujours avec ces chœurs trop haut perchés. « The world is dying » se voit être une sorte d’anthem pour l’album. Synthé façon Europe pour débuter avant de rentrer dans un mid tempo guerrier à la structure basique mais qui se laisse écouter avec aisance. Le repos terminé, on repart à tout va dans « End of life ». Nappe de clavier et riff rappelant un peu Power Quest, puis c’est partit pour un titre chevaleresque qui en fera headbanguer plus d’un. Sans oublier le premier break, qui tout en restant calme nous offre la sensation de partir en guerre. Brandissez vos épées ! Gros riff pour introduire « Fate ». Un mid tempo plombé avec une batterie bien mise en avant qui soudainement se met à accélérer histoire de ne pas rester encré dans un rythme ennuyeux. « Abandonned » se voit être la pièce la plus longue de l’album avec presque sept minutes. Un titre varié qui démarre calmement avec de rentrer dans une ambiance guerrière, et un tempo qui s’accélère progressivement avec un refrain bien saisissant soit-il dit en passant. Pour terminer ce premier album, on a droit à une pièce de toute beauté : « Lost ». C’est mélodique à souhait, c’est racé et c’est prenant. Un mélange de tout ce que le groupe à présenté lors de cette première galette.

Conclusion : le trio suédois n’apporte rien de nouveau à ce style de musique mais nous offre un album bien agréable à écouter. Comme quoi, Volvo peut faire de bonnes choses !
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 498 fois