Chronique

TENACIOUS D - RIZE OF THE FENIX / Sony 2012

Enfin! C’est le mot qui vient de suite à l’esprit. Il aura fallu attendre six longues années pour avoir un nouvel et troisième album des D. L’impatience commençait à monter, surtout après les avoir vu en concert en ouverture des Foo Fighters en décembre dernier. On connait le côté loufoque des D, et immédiatement la pochette interpelle. Certes, c’est un phénix. Mais, je dis bien mais, le corps du Fenix ressemble à une grosse bite violâtre. Désolé pour le terme, mais c’est ce qu’il en est réellement.

Ambiance western pour débuter l’album avec le titre éponyme « Rize of the Fenix ». Les premières paroles sont claires et nettes : les D ne sont pas mort et le Fenix will rise again. Une fois lancé, une grosse ambiance rock se met en place, un break et le tout s’emballe façon The Who. Autant dire que ça pulse sévère. Puis vers les 2/3, tout se calme et revient dans une belle déclaration du groupe envers ses fans, et ce avec mélodie et délicatesse pour conclure sur un rock barré. S’en suit « Low hangin’ fruit », un nouveau titre rock avec pour thème le duo qui a faim et qui veut manger des fruits. Ce côté je ne me prends pas la tête et on va faire du rock et se faire plaisir fonctionne à merveille. Au tour de la première bizarrerie de l’album : « Classical Teacher ». Pas de musique, juste une grosse déconne en JB et KG, avec des paroles grasses et salasses. Avec « Senorita » on part pour un rock hispanique monstrueux. Une guitare gypsy, une ligne de chant, des paroles osées olé, et c’est partit pour ce titre totalement déjanté. Fan de Star Wars accrochez vous, « Deth Starr » est là. Une intro délicate et berçante avant de plonger dans un rock où les D donnent leur avis sur cette étoile dégueulassant la vue dans le ciel… Je vous laisse imaginer. Du gros rock barré et entraînant.
On revient à la guitare acoustique et douce façon « Rize of the Fenix » avec ce « Roadie ». Un titre marrant et réaliste au niveau des paroles. Autant dire qu’ils ne mâchent pas les mots. Au fur et à mesure qu’on avance dans le morceau la pression augmente et la musique devient de plus en plus agressive : bien fait et prenant. Quand à Jack Black, il est vraiment impressionnant niveau chant. Criquets ? C’est partit pour une nouvelle discussion entre JB et KG avec ce « Flutes and trombones »… « You’re god damn mother fucker stupid piece of shit ! » C’est comme ça qu’ils se parlent : énorme ! C’est partit pour le nouveau côté délire du groupe. Une bonne ballade intitulée tout simplement « The ballad of Hollywood Jack and Rage Kage ». Guitares acoustiques, chant; rien de plus pour cette ballade aux paroles assez rudes! « Throwdown » revient dans ce registre rock mélodique déjanté comme sais le faire groupe, avec une pointe de musique hispanique. Le groupe s’enflamme maintenant avec ce « Rock is dead » qui est du pur rock ‘n roll façon 5O’s ou 60’s ; et autant vous dire que ça déboite sévère. Une nouvelle déclaration, aux labels ? « They fucked our asses » est clair, net et précis. Un interlude sympa. Maintenant, un titre rock metal où Jack Black nous délivre une performance vocale monstrueuse pendant cet anthem à la ligne de clavier façon Flashdance. Ce « To be the best » est un de mes titres préférés de l’album, même si c’est de courte durée. Pour conclure, on à droit à « 39 ». La reprise de Queen ? Pas du tout. Certes l’intro est acoustique aussi, mais là c’est une histoire de relation et d’âge, avec un chant façon gringo rebelle. Un mid tempo acoustique plaisant et relaxant pour terminer cet album.

Conclusion : l’attente le valait, les D nous délivrent un album catchy et déjanté. C’est ce qu’on aime chez eux. Quand à Jack Black et Kyle Gass ils sont au top, que ce soit niveau chant ou niveau musique. Par contre, âmes sensibles s’abstenir car les paroles sont très osées.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Tenacious D
Vues : 1153 fois