Chronique

CIRCLE II CIRCLE - SEASONS WILL FALL / EAR Music 2013

Zack et sa bande sont de retour après la sortie de leur best of qui mettait fin à leur contrat avec la maison AFM. Aujourd'hui auréolés d'un tout nouveau label nos Américains vont donc poursuivre vaillamment leur aventure métallique.

Un bon riff nous attrape d'entrée de jeu, pour un « Diamond blade » des plus traditionnel ! Le groupe suit sa voie toute tracée depuis son 1er opus, et améliorée au fil du temps. Zack Stevens de son coté est toujours aussi bon et c'est un vrai plaisir de le réentendre. Une bonne entrée en matière poursuivie avec la heavy « Without a sound », qui garde un refrain mélodique envoutant. Le groupe a trouvé la formule magique et en abuse à tour de bras.
Avec « Killing death » on a droit à un titre plutôt moyen, où rien de parlant ne ressort. Dommage. Intro au piano qui rappelle les grandes heures de Savatage pour un « Epiphany » épique. Un bon moment de métal mélodique à tendance prog, qui parfois ce perd un peu dans les changements de rythme.
« End of emotion » ne porte pas bien son nom, car Zack y est irrésistible ! Un bien bon mid tempo mélodique avec un très grand chanteur !! La bonne pioche de cet opus !! Enfin un peu de rythme relevé avec « Dreams never die » qui envoie des pieds et fait très, mais alors très plaisir !! En deux titres CIIC remet les pendules à l'heure !
Une belle intro calme débarque avec la title track : « Seasons will fall ». la suite du pur métal heavy où à nouveau l'ombre omniprésente de Savatage plane !! « Never gonna stop » se la joue rebelle, mais peine à confirmer. Reste un bon refrain efficace qui se retient.
Toujours baigné dans un rythme agréable « Isolation » continue notre quête, avec beaucoup de minutie. On se laisse bien prendre au jeu. On retrouve un peu de calme pour introniser « Sweet despair », qui se transforme en pseudo ballade pour un effet entre deux. Peut être pas assez poussée dans un style ou l'autre pour être marquante.
« Downshot » ne vient pas forcément sauver les meubles avec encore un mid tempo mélodique, toujours fait sur la même base. Un peu trop lourde ! On finit sur la ballade « Only yesterday » qui ressemble beaucoup au travaux passés du groupe.

Conclusion : CIIC poursuit son chemin avec un album convainquant à qui il manque un petit quelque chose pour être meilleur. Un opus professionnel, un peu trop peut être !
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 639 fois