Chronique

SUIDAKRA - ETERNAL DEFIANCE / Afm Records 2013

Pour sa dix huitième année d’existence, SuidAkrA nous offre sa douzième galette nommé « Eternal Defiance ». Pour la pochette, elle est toujours en rapport aux origines celtiques voire viking revendiquées par le groupe. Un bon dragon rouge, des guerriers et c’est partit pour la bataille.

Le premier titre sera une logique introduction. Ce « Storming the walls » est épique, nous plongeant dans ces temps lointains de par la musique mais aussi les bruitages. La pression monte au fur à mesure que l’on s’avance, jusqu’au moment où retentit le premier morceau, « Inner Sanctum », qui nous plonge dans cet univers folk death. Arkadius se charge de lancer les hostilités puis le quartet complet se met au travail nous offrant un titre alternant passages bourrins et d’autres plus posés et mélodiques mais tout autant viriles. « Beneath the Red Eagle » débute avec orchestrations, ambiance guerrière, faisant monter la pression pour s’emballer subitement et nous plonger dans du speed death avec un superbe duo, Arkadius reprenant la chansonnette avec Tina Stabel. Quel duo percutant ! « March of Conquest » est un mid tempo militarisé dans le rythme avec des tambours battant (batterie vous l’aurez compris) et une guitare aux riffs aiguisés. Une ambiance plus épique apparaît sur le refrain de part la présence des chœurs en voix claire. L’ambiance folk devient maître sur « Pair Dadeni », tout en gardant bien évidemment l’aspect death niveau chant, le tout sur ce titre plus posé que les précédents, même si Lars s’éclate au niveau de la grosse caisse.

Le jeu se calme avec « The Mindsong » : guitare acoustique, harmonies et Tina Stabel en lead niveau chant. Une ballade de toute beauté nous plongeant dans les contrées celtes lointaines. Le moment de douceur terminé, la rage reprend les rennes. « Rage for Revenge » porte bien son nom et nous embarque dans un morceau violent où le quartet explose, avec un break où Jussi et Arkadius se la jouent mélodique à la guitare au plus on avance dans le morceau. Le côté folk se prolonge sur « Dragon’s Head » qui monte en puissance progressivement et qui, agrémenté d’arrangements, délivrera un morceau une nouvelle fois où Lars s’en donnera à cœur joie, contredisant la rythmique donnée par les guitares. Un mélange bien agréable pour ce morceau presque posé, mais rempli d’une atmosphère celte prenante. L’album se poursuit sur « Defiant Dreams », où Arkadius et ses compères expriment toute leur rage dans ce titre rapide, survolté et raguer. Le dernier titre de l’album se fera avec délicatesse sur « Damnatio Memoriae ». Une nouvelle fois les guitares acoustiques règnent en solitaire, accompagnées ici et là par de biens beaux arrangements pour finir dans une ambiance tout simplement épique.
Un petit bonus ? Aller, c’est partit pour « Mrs. McGrath », 100% folk et joyeux avec Tina en lead. Retour dans les temps anciens, avec des envies de danses dans une taverne, la chope de bière à la main.

Conclusion : Quel plaisir de d’écouter cet album. Un mélange de diverses influences et origines fait avec dextérité, procurant au final plaisir à écouter cette rondelle.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Suidakra
Vues : 715 fois