Chronique

BLACK SABBATH - 13 / Mercury records 2013

Quel événement !!! Après 34 ans d'attente (pour certains), de désespoir (je suppose pour les mêmes) voilà, enfin, que le maitre Black Sabbath retrouve son Prince of darkness pour un nouvel opus !! Avorté en 2001 le projet revoit le jour en 2012 et malgré un lymphome diagnostiqué à Tony Iommy cet opus évènementiel débarque enfin, avec une question importante : Quel en sera le résultat ! Alors pourquoi patienter encore plus !

J'avoue être tout de même fébrile à l'approche des premières notes et dès le riff façon chape de plomb de Mr Tony Iommy je me dis voilà on y est !! « End of begining » débute de la meilleure des manière avec du pur Sabbath comme à la vieille époque et Ozzy semble métamorphosé dans un chant super sombre et grave, chose qu'on avait plus entendu du madman depuis nombres d'années!! Oui le grand Black Sabbath est bel et bien de retour avec ses 8 minutes d'extase !! « God is dead? » prend la suite avec à nouveau quasi 9 minutes de musique old scholl à souhait mais inspirée comme jamais. Il est bon de réentendre cette musique qui a inspiré un nombre incalculable de groupes !! Du lourd et lent avec ce qu'il faut de magie pour plonger.
« Loner » arrive avec une impression de déjà vu, un rythme et une ambiance très (trop) proche de Master of reality, mais bon peut on vraiment leur en vouloir pour ça ?! Un titre acoustique débarque maintenant avec « Zeitgeist », qui rappelle de bons souvenirs ! Il est étonnant de voir comment le groupe a réussi à retrouver l'atmosphère des premiers albums après autant de temps !!
« Age of reason » et son riff typique déboule pour notre plus grand plaisir. Il est bon aussi d'entendre Ozzy aussi naturel ! Quelle voix ! Un morceau plus mélodique qui me plait tout particulièrement apportant beaucoup d'émotions. Nouveau riff pachydermique avec « Live forever » qui s'accélère par la suite et permet de ne pas s'endormir, mais bel et bien de headbanger comme il y a 40 ans ! A noter aussi qu'il est bon de réentendre la basse de Geezer Butler vrombir comme aux plus beaux jours !! Mid tempo presque bluesy avec « Damage soul » qui change un peu et poursuit cet opus de la meilleure des manière . Tony y est très inspiré dans des solos d'un autre monde. On termine avec « Dear father » une dernière pépite comme seul le grand Sabbath sait nous les faire !

Conclusion : Et bien qui l'aurait cru qu'un jour Black Sabbath refasse un album avec Ozzy Osbourne mais qu'en plus celui ci serait aussi bon ?! Pari réussi pour nos britanniques qui auront combattu bon nombre d'épreuves pour nous livrer cette pépite hors du temps mais extrêmement salvatrice !!
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 1106 fois