Chronique

RED MOURNING - WHERE STONE AND WATER MEET / Bad réputation 2014

Groupe originaire de Paris Red Mourning n'en est pas à son premier coup d'essais ! Ainsi cette rencontre est le 3ème effort de nos Frenchies, une découverte totale pour moi. Alors voyons voir ce que nous réserve cette alléchante réunion !

C'est par une intro que notre opus débute, on se retrouve le temps de quelques secondes dans un champ de coton du sud des État Unis (ça met dans l'ambiance) puis « The sound of flies » arrive. Un bon petit riff puis ça dépote ! Le groupe propose du métal hardcore puissant. On note quelques relents blues plutôt étonnants mais bien trouvés ! Un début bien plaisant grâce à des petits changements qui étoffent que plus leur musique. On dépote toujours autant avec le riff de « Gun blue » qui malgré tout se veut plus mélodique ! Un très bon titre groovy à souhait qui te fait taper du pied ! Un boogie métal endiablé. Une bien bonne surprise.
On lorgne du coté d'un Down avec le mid tempo « Rabid dogs & twisted bitches ». Par la suite le groupe retrouve plus de personnalité même si le gang de la Nouvelle-Orléans n'est pas très loin ! Étrange mais dans le bon sens. Le sud est toujours présent avec « Emily » un morceau bizarre qui ne décolle jamais, tout le contraire de « White line » véritable tornade. A nouveau le groupe insiste sur des moments mélodiques lorsque la musique est bien musclé. Un mélange très agréable qui permet à l'auditeur de respirer. On enfonce le clou avec « The simple trust » qui ne fait pas dans la dentelle mais avec toujours ce groove venimeux ! Décidément ce groupe est une vraie bonne surprise.
On arrive sur les bords de routes avec « Work song » et ses chœurs d'esclaves. Puis débarque « Over the rail » qui est bien plus sombre. Un autre plongeon dans les bas fonds de la Louisiane glauque mais toujours bleusy. Sans grand changement « Candlelight » arrive, dans un mix entre Pantera et Down. Pas le plus marquant.
« Touched by the grace » débute comme un bon vieux blues sudiste du fond du bayou. Un titre totalement décalé mais très réussi. Par contre « There goes the chair » est bien trop bourrin. Un manque de subtilité après un passage calme. On termine par la title track, un mid tempo qui reprend tout les gimmicks que l'on a vu, tout le long de l'album.

Conclusion : Voici une bien bonne découverte. Un groupe qui propose une musique efficace et sympathique qui devrait trouver un public vite conquis.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 422 fois