Chronique

ANDREAS ET NICOLAS - SINGES DU FUTUR / Verycords 2014

Le duo des joyeux loufoques de la chanson française sont retour avec leur nouvel et second album intitulé « Singes du futur ». Il aura fallu quatre années, et un peu plus d’une centaine de concerts pour que le groupe ait le temps de nous faire cette rondelle. Autant dire qu’elle est attendue.

Après une introduction « Bienvenue en 4912 » qui sert à mettre en place l’histoire / trame de ce disque, on se transforme en cochon, et c’est partit pour « Les vaches (rencontre du troisième pis) » qui obligatoirement par en sucette au niveau du texte, dans une ambiance déjantée et joyeuse, avec une référence à E.T à la fin de la chanson. Autant dire que le titre suivant « Putain ! Putain ! Putain » est extrêmement simpliste où le groupe répète quasiment en boucle une seule et même phrase que je vous laisse découvrir, le tout dans une ambiance électrique Putain ! Au tour du single « Super Salope » de retentir avec en guest Audrey, la salope de l’émission des petits enfants. Un générique de dessin animé bien bourrin. Avis aux oreilles sensibles et aux féministes… ce n’est pas pour vous surtout avec un final grandiose. On continue dans la déontologie avec « Crazy Clochard », remake de Lady Oscar mais en version gore, le tout avec GiedRé au chant. Retour à l’animalerie avec « Mon costume de singe », titre barré où un chat intelligent cherche les prostituées et est recherché par les politiciens… L’ambiance devient un peu plus rétro et posée pour « Est-ce que tu veux sortir avec moi ? », une contine retraçant la vie d’une idée d’une ado en plein controverse sentimentale, le tout dans une ambiance rieuse et moqueuse. « En Abitibi » feat Mononc’ Serge est un titre acoustique où le Canada en prend pour son grade, entre moquerie sur les accents, et les mœurs. Un hommage à leur passage en concert au Québec ?!

La suite ? « Tempête d’astéro-hits » par complètement en sucette en faisant un medley de clichés musicaux issus de séries TV, et aux paroles modifiées bien entendus, et où le cochon est toujours de la partie. « Je t’aime (à l’italienne) » nous propulse non pas en Italie, plutôt sur une sauce de pizza dans une titre rock envolé et déjanté avec un final surprenant… Le summum arrive avec « Chatroulette (3D version) » où une nouvelle fois les prudes où les féministes ne seront pas ravis... Mais on s’en fou c’est tellement bon ! On espère que cette histoire n’est pas réelle (rires). On continue dans la délicatesse et la finesse avec « Eléphante moi », morceau dont je n’ai pas besoin de vous faire un dessin pour comprendre que quoi il parle. Ambiance déprime cette fois-ci pour « Ma super chérie », avec un moment de déprime en prime.
Petit interlude avec « Arrivée sur Cribule » qui nous replace dans l’avancée de l’histoire avant de lancer le dernier titre. Mais Putain ! Quel con ce cochon ! L’épopée des singes du futur se termine donc sur « Elle ressemble à un lapin », une complainte, moqueuse boosté par des chœurs d’enfants pour un rendu surprenant et saisissant !

Conclusion : un très bon album qui défile à vitesse grand V, et qui se laisse se réécouter avec plaisir. Bien joué !
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site de Andreas et Nicolas
Vues : 677 fois