Chronique

SEETHER - ISOLATE AND MEDICATE / Spinefarm Records 2014

Sixième rondelle des des sud africains (et oui, il n’y a pas que le Rugby là bas), Seether débarque chaud comme la braise avec son « Isolate and Medicate ».

Le trio attaque nous plonge rapidement dans son ambiance post grunge rock avec « See you at the bottom », ténébreuse et aux paroles hargneuses et violentes par moment, le tout dans un mid-tempo rageur et ordonné. Shaun Morgan (chant / lead guitare) mène décidément bien les rennes et nous amène dans le second titre qu’est « Same damn life », titre percutant aux passages envolés, rappelant Nickelback ou encore The Darkness. Toujours en phase de révolte, « Words as weapons » débute avec un John Humphrey frappant avec grâce sa batterie, pour nous lancer dans un titre monstrueux et envolé où le refrain nous saisit de par sa puissance, aidé par la voix de Shaun bien prenante.
Un riff à la sonorité pesante, et voilà que la ténébreuse et agressive « My disaster » se met en place à travers un mid tempo alterné entre passages délicats et sombres, et d’autres plus enragés histoire de donner une puissance supplémentaire à la musique. Toujours dans un élan de légèreté, « Crash » pointe le bout de son nez gentiment avant le break et l’arrivée du trio pour un titre qui évolue entre délicatesse et cri de haine.

Changement de registre, « Suffer it all » nous replonge dans du post grunge rock hargneux et violent donnant envie de crier, hurler pour évacuer nos ‘nerfs’ ; et ça fait du bien qu’on se le dise. Retour dans une ambiance plus guillerette mais toute aussi rock, mais plus proche des canadiens de Nickelback pour ce « Watch me drown », qui pourrait être une musique de teen-movie.
Un peu plus posée, « Nobody praying for me » se pointe et se voit être le hit de l’album avec sa structure faite pour la radio / grand public mais qui avec tout ça garde quand même la touche personnelle propre au groupe. S’en suit une petite mélodie, un break et bim un riff bien lourd pour lancer « Keep the dogs at bay » qui se voit être un mélange de délicatesse et de cri de revendication à travers ce rock puissant énergique. Pour terminer l’album, une petite ballade ne fera pas de mal. Acoustique et bien sympathique, « Save today » conclura ce disque avec élégance et plaisir.

Conclusion : en voilà un bien bon album, qui on peut le dire est court et efficace à travers ses quasi 39min. Moi je dis, bingo !
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Seether
Vues : 400 fois