Chronique

MACHINE HEAD - BLOODSTONE & DIAMONDS / Nuclear blast 2014

Depuis 'The blackening' le groupe de Robb Flynn est devenu une icône incontestable du Thrash métal !! Il faut dire que depuis 20 ans et plus le bougre n'a jamais cessé de croire en ses capacités et à faire évoluer son œuvre. Aujourd'hui le voilà de retour pour un gros, très gros pavé de 12 titres pour 71 minutes !!! Prêts pour le voyage !!??

Après quelques orchestrations discrètes voici que « Now we die » se transforme en un titre qui déboîte sévère !! Du pur MH qui fait du bien par là où il passe ! Une longue entrée en matière (7'10) mais qui prouve que le groupe en a encore sous le pied !! « Killers & kings » ne ralentit pas le rythme il l'accentue même avec un bon riff speed !! La suite est plutôt habituelle et dévastatrice sans gros plus. Par contre le refrain, avec ses chœurs, va donner de quoi s'exprimer en live !!
Une intro mélodique en lead guitare nous ouvre un pachydermique « Ghost will haunts my bones », qui heureusement grâce à des passages plus aériens évitent l'overdose de lourdeur ! Le groupe se réveille même et assène un grand coup derrière les oreilles aie aie  !! Le Thrash speed dévastateur revient avec un impressionnant « Night of the long knights » qui va faire des ravages sur scène ! Ici aucune concession tout dans l'efficacité !!
Début calme et très ambiant pour « Sail into the black » une sorte de ballade sombre et lugubre qui te glace le sang. Robb délivre une très belle performance vocale. La suite se transforme en un mid tempo violent et puissant qui désarçonne mais finalement n'en est que plus logique. Une belle pièce que voilà !!! « Eyes of the dead » prend le relais d'abord de manière calme puis on sent que les choses vont vite évoluer, avec cette petite guitare en fond, et voilà que l’armada débarque pour t'arracher la tête !! Une fois de plus MH fait parler son talent même si on regrette un petit plus qui pourrait faire la différence, un peu de nouveauté qui pèche à cet album.
Changement de registre avec la Stoner « Beneath the slit » qui surprend mais au moins apporte ce petit plus qui manquait depuis le début. Une surprise bien sentie. « In comes the flood » retrouve l'aspect symphonique trop peu vu. Un titre entre rage et mélodie qui envoie du lourd et je dirai même le meilleur morceau de cet opus !! Robb y est magistral !!!
Un interlude étonnant arrive avec « Damage inside » qui te berce dans une atmosphère post apocalyptique juste menée par la voix de Robb, très prenant qui rappelle un certain Eddy Vedder. 3 minutes de calme intense qui prend aux tripes ! Un riff basique mais efficace débute « Game over » qui se veut simple et sans grand plus ! Pas le moment le plus marquant de cet album.
Après cette petite 'erreur', « Imaginal cells » va devoir remettre le groupe sur la bonne route. Et c'est en forme d’instrumental mid tempo rempli de narrations que cela se passe. Why not ?! Dur de noter un tel morceau. On termine avec « Take me through the fire », un nouveau mid tempo, typique du groupe qui clôt de façon honorable cet album gavé jusqu'à la gueule !

Conclusion : Pour son 8ème opus Machine Head a fait du très bon boulot même parfois trop, ce qui tend à perdre de l'efficacité, la substantifique moelle du groupe. Trop de titres, trop poussés, puissants mais pas méchants, peut être que le groupe est allé un peu trop loin !? Reste quelques pépites qui font du bien et une maestria toujours présente.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 489 fois