Chronique

THE DARKNESS - LAST OF OUR KIND / Universal Music 2015

Le groupe Anglais mené par les frères Hawkins, dont le parcours fut quelque peu incertain, en effet après une activité de de 2000 à 2006 puis une séparation et une reformation en 2011 ; un line-up quelque peu modifié récemment, une tournée en ouverture pour Lady Gaga (oui oui) durant le Born This Way Ball Tour de cette dernière à laquelle j’ai assisté au Stade de France.
Bref, les extravagants de The Darkness sont de retour avec ce nouvel opus « Last Of Our Kind » et après écoute de celui-ci, j’espère que ce ne sera pas le dernier du genre.

Et pourtant, je dois admettre que dès le premier titre « Barbarian » qui a d’ailleurs fait l’objet d’un videoclip mis en forme telle une BD, je n’ai pas été très emballé. La folie de Justin en un chant déluré et des envolées vocales tel un animal au milieu de la jungle m’ont peu séduite.

Et pourtant dès le deuxième titre « Open Fire », les Anglais m’ont captivé. Justin dans l’ensemble fait preuve d’un peu plus de maturité et de moins d’excentricité et le tout est bien meilleur. Ce titre a lui aussi son videoclip.

Les mélodies sont accrocheuses à l’image du titre éponyme « Last Of Our Kind » qui est l’une de mes favorites et « Sarah O’Sara » qui sont des tubes en puissance. Les guitares sont implacables, je cite aussi « Roaring Waters » et « Mudslide » dans la même lignée.

Quant à « Mighty Wings », ce morceau nous offre une intro des plus kitsch, un espèce de son de science fiction que même Mulder & Scully n’ont pas connu ! Là aussi le pourquoi du comment est ailleurs, mais le titre dans son ensemble est intéressant et rappellera fortement Queen sur son refrain.
Et pour la petite info, actuellement le batteur du groupe n’est autre que Rufus Tiger Taylor fils de Roger Taylor, batteur de Queen.

D’ailleurs, les influences cités par le groupe vont de Queen (eh oui) à AC/DC en passant par Aerosmith et bien sûr Thin Lizzy. Force est de constater qu’en effet cela se fait entendre.

L’album se conclut avec « Conquerors », de façon assez atypique car Justin laisse place à Frankie Poullain, originairement bassiste qui lui laisse sa place à Justin (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué). Bref, un titre mielleux où Frankie fait moins de prouesses vocales que Justin. C’est fort agréable.

Que dire, un album homogène et grandiloquent ! Un rock’n roll made in 80’s relevé par les excentricités glamour de son chanteur.

Un petit mot sur la cover, à la croisé de la fiction et de l’extravagance qui a été inspiré par un fan ayant pris en photo son bébé avec des lunettes à l’effigie du groupe. Clin d’oeil vraiment sympathique et original, à l’image de The Darkness.

Cette nouvelle galette se savoure (presque) d’un bout à l’autre sans fioritures -ou pas-.


Tracklist:
1. Barbarian
2. Open Fire
3. Last Of Our Kind
4. Roaring Waters
5. Wheels Of The Machine
6. Mighty Wings
7. Mudslide
8. Sarah O’Sarah
9. Hammer & Tongs
10. Conquerors
 
Critique : Elodie
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel
Vues : 580 fois