Chronique

AMORPHIS - UNDER THE RED CLOUD / Nuclear Blast 2015

Ce qui est bien avec AMORPHIS c’est qu’on est pas obligé d’attendre quatre ans pour avoir un nouvel album. Après un excellent « Circle », plus sombre et puissant, le groupe finlandais revient ici avec un « Under The Red Cloud » qui a reçu des critiques extrêmement positives ! J’espère que l’album vaut en effet le coup !

On commence de façon grandiose avec le titre éponyme. A l’image de « Sampo » sur « Skyforger », un magnifique piano lance le morceau, la tension mon jusqu’à un riff et une mélodie typique du groupe. Le son est puissant, putain les amis ça sent bon ! Les lignes de chant sont excellentes, les grattes hyper mélodiques, et bien sur le tout est sublimé par un Tomi Joutsen très en voix ! le growl sur le refrain me rappelle pourquoi je l’aime tant ce gars ! Aussi bon en clair qu’en growl ! Magistrale entrée en matière !
On enchaine sur quelque chose de plus speed avec « The Four Wise Ones », plus agressif aussi. On y découvrira une nouvelle tessiture pour le chant de Tomi, un scream plus aigu, plus death mélodique. Et là aussi il excelle. Respect. Et vous aurez au la chance d’avoir un invité prestigieux. Le flûtiste n’est autre que le leader de Eluveitie, Chrigel Glanzmann.
Bien qu’assez en retrait sur ce morceau, vous l’entendrait un peu plus sur le premier extrait diffusé, « Death of a King ». Excellent morceau et original de surcroit par ses sonorités orientales très marquées. Les couplets violents s’accordent parfaitement à la légèreté de la flûte de sir Glanzmann, et le refrain hyper mélodieux montre la maitrise de sir Joutsen.
Enfin, là où Chrigel se taille une bonne partie du morceau, c’est sur « Tree of Ages ». L’intro ultra folk et acoustique passerait inaperçue sur un album d’Eluveitie. Le morceau est assez vif et entrainant. Le break est excellent, ultra dansant mais avec toujours cette puissance. Oui vraiment sur ce morceau la fusion Amorphis/Eluveitie est plus que parfaite. Best of two worlds !
Bien sur, certains morceaux seront plus calmes. Tout d’abord le « Sacrifice » (qui fait l’objet d’un clip). Seul morceau où Tomi chante clair tout le long. C’est plus simple, très mélodieux, mais ça passe bien, surtout en plein milieu d’album. Le refrain est excellent et surtout mention très bien pour le solo de Esa Holopainen qui prouve qu’il n’est pas que guitariste rythmique. L’autre morceau plus calme sera « White Night ». Joli duo avec Aleah Stanbridge (de Trees of Eternity) qui apporte un petit vent frais agréable. Tomi apporte un peu de grunt et surtout un refrain hyper mélodique et entêtant qui reste bien en tête ! Vraiment addictif. Bon ensuite il y a des morceaux plus conventionnels, mais tout aussi exceptionnels.
Tout d’abord le violent « Bad Blood » où le puissance dévastatrice de Tomi s’exprime clairement et le refrain est plaintif et clairement attractif. Ce morceau a une vraie identité. Un peu dans le même genre que « Dark Path ». Thématique sombre, intro piano de Santeria Kallio, qui fait un boulot dantesque sur cet album, et un growl qui vient déchirer ce silence sous le martellement des fût de Jan Rechberger. Le couplet est plutôt violent avec un clavier qui balance quelques légères orchestrations et surtout le refrain est une envolée magnifique qui prend à contre pied. Je suis à fond les gars !!!!
Après y’a « The Skull », classique du style AMORPHIS, avec encore une fois une petite nouveauté sur la voix. Ce qui fascine sur cet album c’est que chaque chanson est différente dans son ambiance et construction, mais il règne sur l’album une unité fracassante. On finira par le morceau agressif de l’album « Enemy At the Gates », qui envoi du lourd de chez lourds.
Pour ceux qui comme moi auront le digipack avec les bonus, vous aurez droit à « Come the Spring », morceau très léger, speed, et qui possède, encore, un refrain exceptionnel, ça rentre tout de suite dans la tête ! Et « Winter’s Sleep » plus calme, plus intimiste, un morceau qui aurait eu sa plane sur Skyforger.

Je sais pas si c’est le fait que Tomi ait coupé ses cheveux qui a porté le groupe aussi loin mais je dois dire que mes confrères ont raison. Cet album frôle la perfection. A mon sens c’est le meilleur, du moins celui de la période Tomi Joutsen. On y trouve de tout. Du folk, du death, des moments poignants, des passages mélancoliques, et surtout une maitrise absolue de son répertoire par le groupe. Jamais AMORPHIS ne m’a autant transporté. Désolé Ovsky mais la dixsurdite est pour moi cette fois !!
 
Critique : SBM
Note : 10/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 944 fois