Chronique

JOEL HOEKSTRA’S 13 - DYING TO LIVE / Frontiers records 2015

Connu pour ses travaux avec Night Ranger (ouais) Trans-Siberian Orchestra (super) et aujourd'hui Whitesnake (trop la classe) Joel Hoekstra arrive avec son nouvel album solo. Accompagné de quelques pointures il va nous montrer son style et son talent. Partons vite je meurs d'envie d'écouter !

Aller c'est parti avec un «  Say goodbye to the sun  » qui montre un gros hard rock bien couillu !! Au chant le grand et puissant Russel Allen (décidément de partout) accentue cette sensation. Un départ tonitruant à défaut d’être personnel. On continue dans un style plus soutenu avec «  Anymore  » qui ne casse pas trois pattes à un canard unijambiste tant elle manque de personnalité. Elle semble sortir de tant d'autres projets similaires que rien n'accroche.
«  Until i left you  » vient à nous en version mélodique et voit le très grand Jeff Scott Soto tenir le micro. Un titre qui me fait penser à l’album solo de Gus G dans lequel le géant Américain apparaît aussi. Rien à nouveau de très emballant ici. La soit disant ballade arrive avec «  Long for the days  » et l'ennuie vous envahit car ici rien mais alors rien d'intéressant, même Russel est plat comme il ne l'a jamais été. Quelle galère cet album !!
Place à « Sceam » très calibré comme le reste d’ailleurs mais qui grâce à un JSS qui en fait des tonnes et un refrain réussi avec Tobby Hitchcok en aide, ce titre fonctionne. Par contre pourquoi utiliser l'une des plus belle voix de l'Aor juste pour des chœurs quel gâchis !!!! Le rythme revient à nous avec un «  Never say never  » qui comme sa devancière est à peine sauvée par un refrain simple mais entêtant.
On s'enlise un peu plus avec un inintéressant « Changes » qui porte très bien son nom tant on a envie de passer à autre chose à son écoute !!! Aller on prend son courage à deux mains pour entamer «  The only way to go  » qui étrangement fait son effet, un peu plus moderne bien porté par un JSS en phase ce titre procure enfin de bonnes sensation !!!! Il était temps !!!
La title track s’essaie au hard méchant et semble presque réussir. Dommage que la suite plus commerciale efface l'effort tenté. Un titre entre réussite et facilité qui tombe à l'eau. «  Start again  » porte t'elle bien son nom !? Et bien au premier abord elle nous offre un titre semi acoustique plein de fraîcheur qui passe bien. Peut-être bien le 2ème meilleur titre de l'opus. A noter un très bon solo de synthé par Derek Sherinian (Ex Dream Theater / Planet X).
On termine ce quasi échec avec « What we believe », une ballade acoustique façon Led Zeppelin en duo avec Chloe Lowery qui me donne qu'une envie... tout stopper !!! Bon dieu on dirait du Garou !!!! Merde !!!

Conclusion : Un album plat et sans saveur qui manque cruellement de personnalité !!! Un opus comme il en existe déjà tant, même pas sauvé par de talentueux musiciens !! L’overdose n'est pas loin !!
A oublier ……
 
Critique : Guillaume
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 493 fois