Chronique

GHOST - POPESTAR / Loma Vista 2016

Le phénomène suédois continue sa ruée vers le succès. Une fois n’est pas coutume, les génies du Doom metal aux ambitions Rammsteinienne jouent d’un EP pour promouvoir leur image. Et quoi de mieux que de s’inspirer de titres complètement insolites, flottants entre la New Wave et la Synth pop...

Mais avant cela, le groupe initie cet EP avec l’inédit Square Hammer. Un véritable hit destinée à toutes les bandes fm, y compris dans nos contrées ! Déjà culte comme ils disent. Son secret réside dans un délicieux mélange d’orgues et de mélodies guitares simples, ponctuées d’un jeu de batterie qui n’est pas sans rappeler Hot Stuff de Donna Summer. Ouais la musique de Full Monty ouais.

Pour l’anecdote, la vidéo mets en scène pour la première fois le nouveau personnage incarné par le chanteur, cette espèce de Michael Jackson grimé et aux cheveux plaqués que le groupe a révélé lors de la tournée Meliora.

C’est après que les choses se gâtent. Tel un soufflé mal cuit, tout s’effondre par la suite. Si Nocturnal me propose une musique difficile d’accès mais bien construite, le reste est d’un pop mou lent et sans intérêt, en plus d’être peu connu du public. Missionary man d’Eurythmics est un flop, voire désagréable. Pourtant, l’EP If you have ghost avait montré la capacité du groupe à transformer des chansons pourrîtes et monument de grande classe comme Crucified.

Conclusion : Popestar ne sera pas à Meliora ce qu’If you have ghosts a été à Infestissumam, à savoir : indispensable. Cet interlude avant le prochain album prévu pour 2017 sera vite oublié. Ne voyons pas tout en noir, Square Hammer et Nocturnal me restent disponible en téléchargement (il)légal sur vos plateformes préférées.

 
Critique : Weska
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 409 fois