Chronique

HARTMANN - SHADOWS & SILHOUETTES / Pride and joy music 2016

Enfin voilà le nouvel opus de Hartmann !! 4 ans après sa dernière livraison le groupe éponyme d'Oliver nous offre enfin sa suite. Alors oui notre homme a pas mal été occupé ces derniers temps entre Rock meet classic et Avantasia, mais quand même que ce fut long ! Alors vite vite écoutons cela !!

Un très étonnant « Irresistible » nous accueille avec son rock soft limite country. Une chose de bien nos musiciens apportent un peu de changement à leur musique. Par contre ce qui ne change pas c'est bien la sublime voix d'Oliver !!! Ambiance plus festive avec « High on you » qui va te faire taper du pied et avoir une banane sur la gueule toute la journée !!! Du pur bonheur !!!
« Glow » débute calmement pour nous livrer une sorte de ballade, au refrain plus rock. Un titre sombre qui dénote totalement de sa devancière. A la suite on change à nouveau de style avec du pur folk 70' pour la fun « When Your Mama Was a Hippie » . Une surprise qui se laisse écouter sans forcer.
Place à la vraie ballade avec « Jaded heart » dans un style plus connu, et porté par un Oliver Hartmann tout en émotion. Un sublime moment ! Le soleil brille à nouveau avec l'acoustique « Amazing » qui fleure bon la tranquillité, le calme et l'apaisement.
Petit moment acoustique et très calme avec « Still the same » qui là encore surprend mais convient très bien à notre homme. Le rock revient à nous avec l'enjoué «  I Would Murder for You » efficace à souhait qui là encore fait son effet.
Nouvelle ballade acoustique avec « The Letting go » et son esprit celte sympathique. Un voyage fort agréable et enivrant. Du cool qui ne te bousculera pas arrive avec la bluesy « Too Good to be true » un énième style qui prouve que l'inspiration est bien là.
Une autre ballade arrive avec la très intimiste « Shadow in my eyes » qui me file des frissons à chaque écoute !! Quel sublime travail d'Oliver au chant !!
On termine avec « Last goodbye » troublante ballade juste piano voix qui vous déchire les tripes. Dur de finir comme ça...
Un petit titre caché avec « Shadows » une instrumentale acoustique en forme d'outro très jolie.

Conclusion : Pour son nouvel opus Hartmann aura apporté une évolution bienvenue qui risque de ne pas convenir à tout le monde, mais au moins il teste quelque chose. Une bien bonne idée qui en plus est réussie alors pourquoi bouder son plaisir.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 487 fois