Chronique

BLACK COUNTRY COMMUNION - BCCIV / Mascott records 2017

Après un split étonnant voici que notre super groupe de classic rock revient aux affaires l'air de rien. Seulement 4 petites années pour se rabibocher et voilà que l'aventure reprend. Maintenant la bonne question est : Est ce que cela en vaut la peine !? Réponse..

On commence de manière classique avec « Collide » qui retrouve le style du groupe. Le son et la prod de Dave Cobb sonne très proche des travaux de Rival Sons mais cela n'entache en rien l'écoute. Glenn Hughes démontre une fois de plus que le temps n'a pas d'emprise sur sa voix toujours aussi exceptionnelle. De son coté Joe Bonamassa est inspiré et plus présent que sur le troisième volet. A la suite « Over my head » est un autre mid tempo plus groovy. Un titre sympa mais qui manque d'un quelque chose pour vraiment marquer.
J'espère que « The last song for my resting place » sera plus intéressante. Et bien oui ce titre à l'ambiance celtique chanté par Joe est un très beau morceau inspiré qui fait du bien ! Mr Bonamassa est très émouvant et réalise peut être bien sa meilleure prestation chez BCC. Puis nous voilà repartis avec « Sway » un rock décapant qui envoie du bois. Un titre qui tombe au bon moment et relance cet opus sur des bases rythmées.
« The cove » arrive calmement pour créer un blues efficace avec un Glenn tout en émotion, éblouissant. Voilà un très bon moment de bonne musique. La basse puissante de notre légende intronise un « The crow » rentre dedans qui change la donne. Ici on ne rigole pas et aux oubliettes les émotions !! Droit dans ta gueule !!
Après un uppercut efficace « Wanderlust » prend le relais dans un rock mélodique presque Fm qui passe très bien et varie les inspirations. « Love remains » est dans la plus pure tradition BCC et voit un Mr Hughes tout en retenue dans un refrain subtil à souhait !!
Le rythme revient avec « Awake » qui là encore fait le taf mais sans grand plus. On sent que la magie entre Glenn et Joe doit se refaire. Et voici la fin avec « When the morning comes » une sorte de fausse ballade, qui permet de terminer dans le calme cet opus de retour. Un bon moment qui nous fait respirer.

Conclusion : Pour son retour aux affaires BCC aura fait un boulot convainquant sans être époustouflant. Un album plus que satisfaisant à qui il manque plus de prise de risque et de folie pour qu'on s'y retrouve. En espérant une suite et pas un nouveau drame.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 96 fois