Chronique

NOVELISTS - NOIR / Nuclear Blast 2017

Voici pour moi une nouvelle découverte . Ce jeune groupe Français s'est fait remarquer avec son précédant et premier opus et aujourd'hui fort d'une signature chez le poids lourd Allemand, vient confirmer les espoirs portés en eux.

Dès l'entame de « L'appel du vide » on est plongé dans une musique ambiante et mélancolique avec des appuis de Metalcore bien incorporés. On sent que le groupe veut jouer sur les étiquettes et ça j'aime. Le son de cet opus est costaud mais aussi assez aéré pour ne pas friser l'overdose de puissance. Avec « Monochrome » on continue dans cet univers sombre mais prenant. Un voyage surprenant et ambiant qui voit même un saxophone se joindre à nous. Oui nos Frenchies ne font pas comme tout le monde.
Puis la guitare revient en force pour « Under different welkins » plutôt pop dans ses couplets avant de retrouver du vrai Metalcore avec du calme dans les refrains. Efficace à souhait même si pas très 'personnel'. « Les nuits noires » sont plus que clairement apparentées au Metalcore au point même de me faire penser à Betraying The Martyr. Là aussi c'est ultra efficace et Matt Gelsomino est impérial au chant !!
Le groupe enfonce le clou dans la puissance dévastatrice avec leur Djent/Metalcore/Prog sur un « Grey souls » court mais qui t'en met plein la gueule. Et ce n'est pas fini avec « A bitter end » qui prend le relais pour les quelques survivants. C'est impressionnant tous les petits détails qui se cachent de ci de là.
Et bien quelle bestialité les amis heureusement que « Stranger self » arrive ! Alors oui ça reste du costaud à la Mnemic mais ça respire un peu plus. Mais mon dieu c'est du rap au milieu ?? Oui oui cela en est bien, mais bizarrement ça étonne autant que ça détonne. Quand c'est bien fait c'est bien fait un point c'est tout !!
Aller un peu d'air avec la Prog/core « The light, the fire » qui porte bien son nom entre refrain lumineux et couplet en feu ! Une petite « Joie de vivre » s'empare de nous pour livrer un métal moderne qui lorgne de partout avec brio. Seul reproche c'est pas joyeux du tout !!
Début calme mais qui sent la tempête pour « Lead the light ». Et celle ci arrive avec du plus conventionnel qui cherche d'abord à être efficace mais qui n'en oublie pas ses intentions premières. À la suite « A Travers le miroir » nous mène sur des bases bien plus prog et ambiantes qui permettent de poursuivre ce voyage étonnant et enivrant.
On termine avec « Heal the wound » qui est un pur condensé de ce que le groupe aime proposer. Une bonne conclusion.

Conclusion : Je peux dire que ce jeune groupe à de quoi intéresser. Son mélange des genres est très bien maîtrisé et exécuté. Une formation à surveiller dans les prochaines années car il se peut qu'ils montent haut.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 64 fois