Chronique

BELPHEGOR - TOTENRITUAL / Nuclear Blast 2017

MortRituel. Voilà bien un titre qui annonce la non-couleur. Pas question pour les autrichiens de concevoir leur blackened death metal cathartique autrement que par une imagerie marquée, blasphématoire, provocante et bestiale. Du classique, rien que du classique, mais les fans, comme les curieux apprécieront une production à la pointe, probablement la plus soignée depuis les origines du groupes en 1990.

Sur cette production, difficile de dire qui exactement qui le groupe doit remercier, mais il est possible que l'arrivée du jeune batteur "BloodHammer" explique le changement du tout au tour dans la perception que vous aurez de leur musique. Le blasteur de Panzerchrist apporte une profondeur technique nouvelle, mais surtout un meilleure équilibre entre les différents instruments du groupe. Oh oui, vous pourrez contempler les solis de furieux que le groupe balance en quelques occasions, oui, vous pourrez vous extasier sur les riffs dissonants et sales, comme sur les quelques riffs plus mélodiques, mais ce qui frappera en premier, ce sont ces lignes de batterie extrêmement travaillées, des lignes qui pourraient vous obliger à bloquer sur The Devil's Son, sans vraiment vous intéresser à la suite.

C'est en réalité ce qui peut se produire avec n'importe quel titre. Le caractère non-invasif de la batterie donne un plein accès au potentiel du groupe, et chacun d'entre eux donne envie d'être disséqué et réécouté. Si la musique en elle-même n'a rien de novatrice, l'excellence est présente dans partout avec un sens du détail aussi extrême que la musique, pour rendre une atmosphère aussi vivante et palpable que le thème de l'album est celui de la mort avec un grand M.

Il n'y a que dans ce genre d'album que l'on s'intéresse sur le fond. A l'esthétique occulte. A cet instrumental nommé Totenbeschwörer, le nécromancien, qui pénètre votre âme de sa guitare acoustique. A cette fin sur le titre éponyme, complètement insensé de brutalité, d'un black métal aussi violent et gratuit qu'un râle agonisant clôturera pour finir ensuite dans les abysses, un échos lointain qu'accompagne encore une fois cet instrument de malheur qui est bien moins inoffensif qu'il n'en a l'air...

Line-up :
Helmuth - chant / guitares
Serpenth - basse
Bloodhammer - batterie

Tracklist
01. Baphomet
02. The Devil’s Son
03. Swinefever – Regent Of Pigs
04. Apophis – Black Dragon
05. Totenkult – Exegesis Of Deterioration
06. Totenbeschwörer (instrumental)
07. Spell Of Reflection
08. Embracing A Star
09. Totenritual





 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel
Vues : 55 fois