Chronique

MAGNUM - LOST ON THE ROAD OF ETERNITY / SPV 2018

Les infatigables Anglais sont de retour, et ce malgré un nouveau changement de personnel et surtout avec le départ de Mark Stanway(clavier). Mais tout ceci a plutôt re-boosté le groupe avec tout ce sang frais et en voilà le résultat.

On commence avec l'énergique « Peaches and cream », un titre direct qui ne fait pas dans la dentelle et montre que malgré leur 46 ans de carrière ils ont encore la patate !! A la suite « Show me your hands » se la joue plus mélodique et entraînante avec beaucoup de piano de la part du petit nouveau Rick Benton. Une petite sucrerie qui démontre que Bob Catley malgré ses 70 ans et quelques faiblesses ressenties dernièrement tient méchamment la baraque et semble lui aussi revigoré !!
Voilà qui nous rassure et « Storm baby » la power ballade made in Magnum confirme mes dires : quelle performance du sieur Catley !! Place à l'épique « Welcome to the cosmic cabaret » qui met en valeur cette fois ci le maître artificié Tony Clarkin et sa 6 cordes. 8 minutes de musicalité de haut vol !
« Lost on the road to eternity » arrive et nous en met plein les oreilles avec son intro symphonique ! Une pure tuerie qui démontre bien que le changement a du bon ! Et quand en plus Tobias Sammet (Edguy/Avantasia) vient pousser la chansonnette avec son idole ça file des frissons !! Du très grand hard rock mélodique et symphonique interprété par deux grands chanteurs !! La classe totale !!!
La plus simple « Without love » arrive en mode années 80, et apporte de la légèreté fun. Je ne sais pas pourquoi mais elle me fait beaucoup penser à Queen ! Le début tout calme de « Tell me what you've got to say » nous fait quelque peu retomber la tension et tarde à monter en pression. Un petit moins bien, ça arrive.
J'espère que « Ya wanna be someone » remettra les pendules à l'heure ! Et en quelque sorte oui, avec son rythme entraînant elle permet de poursuivre sur la bonne voie cet opus lumineux. Place à « Forbidden masquerade » qui malgré son début façon ballade se transforme en un mid tempo plutôt lourd.
Nouveau début calme pour « Glory to ashes » qui est cette fois ci bien la ballade de l'opus. Un petit moment calme qui fait son effet. Et on termine avec « King of the world », un titre très mélodique et sombre qui clôt de façon étonnante cet opus.

Conclusion : Après quelques faiblesses dues peut etre un manque de motivation, Magnum a retrouvé du peps et le prouve avec cet opus de haute volé qui n'a rien à envier à sa féconde discographie !! ça fait plaisir de retrouver le groupe à ce niveau !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 193 fois