Chronique

TRIBULATION - DOWN BELOW / Century Media 2018

Y’a des moments dans la vie où le destin s’interpose. Mais vraiment. Pas Dieu mais un truc. Exemple : mi janvier je me rendais au grand concert d’Arch Enemy. Bon. Et là le label me dit « Tu veux pas faire une interview de TRIBULATION ? ». Bah je répond oui. Et me voici donc en possession de leur dernier album pas encore sorti : « Down Below ».
Et là le destin, en plus de se mêler de mes affaires, il joue avec moi. Je regarde vite fait sur internet les photos et je lance la vidéo (premier titre de l’album) de « The Lament ». Étant maquillés assez black métal je suis assez surpris par une intro douce, mélancolique qui lance un riff hyper rock, très old school. Et là boom un chant death ! Alors là je me pose et j’essaye d’analyser.
Alors oui après des début dans le bon gros death metal, TRIBULATION s’est orienté vers un style sans frontières, avec une base très hard rock.

Voilà ça c’est la base. Mais alors ça donne quoi ce mix improbable ? Et ben il vous faudra certes quelques écoutes mais ça envoie ! Les trois premiers titres (celui dont j’ai parlé et « Nightbound » et « Lady Death ») envoient du très très bon son. Groove à souhait, puissant, mélodique, honnêtement le groupe maîtrise sa recette. De bons soli exécutés par Jonathan et Adam, le chant ultra caverneux de Johannes, tout est bien équilibré avec beaucoup de feeling.

Faut dire qu’ils sont suédois. Entre (pour ne citer que les gros récents) Avatar et Ghost, les suédois ont compris qu’il fallait arrêter d’être… comment dire… Mono cépage. Et honnêtement la vision de TRIBULATION me plaît assez. Après une coupure avec « Purgatorio », instrumental qui sent les contes d’hiver (fermez les yeux et vous verrez l’étrange Noël de Monsieur Jack), on arrive sur une deuxième partie d’album plus brutale.
Alors on a toujours cette base hard, groove hyper mélodique (l’intro de « The World » est dantesque) mais les riffs sont parfois plus pesants, plus insistant. Prenez « Lacrimosa », on passe un cap là les gars ! Bien plus métal et puissant, ce qui apporte en fait un petit vent de nouveauté sur l’album, qui se terminera sur des sonorités semblables à « The Lament ». La boucle est bouclé, du coup je me le refais.

Ainsi les neufs morceaux de l’album s’écoutent avec un plaisir croissant, emmenant un vent de nouveauté sur une sphère, je maintiens, qui commence à saturer.
Et je remercie aussi mon destin d’avoir mis ce groupe sur ma route.
 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Facebook Officiel
Vues : 54 fois