Chronique

BLACK WIZARD - LIVIN\' OBLIVION / Listenable records 2018

J'ai fait exactement la même gueule que vous quand devant cet artwork au goût discutable. Et pourtant, même situation que pour le dernier Corrosion of conformity, je me suis retrouvé avec la marque de cinq gros doigts sur la joue dès la première écoute. Une marque bien rouge, bien sanglante. Oui, c'est la claque ! Car ces canadiens parviennent à magnifier le hard rock, à puiser dans les racines du métal pour concocter un truc qui décolle la rétine. Dat blast !

Il faut dire qu'au bout du quatrième album, le groupe est bien mûr. Les compositions sont abouties, efficaces et vraiment variées. Attardons-nous donc sur les grandes lignes qui se dégagent de ce Livin' Oblivion.

Two of these nights
Ils l'aiment heavy

Et la première chose que dit Black Wizard c'est "nous aimons le jeu à deux guitares". Et ils ont beau contraster avec un son gras, lourd et roulant comme du sludge, cette heavytude à la maiden, cette approche mélodique donne une accroche toute particulière. Et ça marche. Le refrain et le solo mettent bien dedans, et ça shred bien comme il faut.

Feast or famine
"This is serious shit"

Si vous croyez avoir affaire avec un groupe classique de stoner/sludge, vous vous fourrez les deux doigts dans l'oeil. Les mecs de Black wizard l'aiment heavy et il l'aiment aussi thrashy de temps à autre. Et un titre comme celui-ci donne un sacré coup de nerf et du relief à l'ensemble.
La voix d'Adam Grunt est un atout majeur pour faire prendre la sauce. Il est un mélange de ce qu'on a aimé dans le Kill'em all de Metallica, cette rage de la jeunesse, avec cet espèce de flegme qui fait tout le sel du chant typé sludge.

Livin' Oblivion
Marteau de dix tonnes

La toile de fond dans la musique de Black Wizard, ce sont bien sûr les influences Doom et très oldschool. Et je veux bien croire alors le communiqué de presse quand il parle d'inspiration Sabbath et Thin Lizzy car le groupe réussi à sa façon à combiner pesanteur et mélodie.

Il se dégage une atmosphère de débauche et de mélancolie qui donne finalement tout son sens à la pochette, qui illustre ni-plus ni-moins que le déclin de l'individu, et pas seulement d'un point de vue consommation d'alcool ou autres... même si Cascadia s'y prête vraiment bien.

Conclusion : Livin' Oblivion est un putain d'album. Viril et sauvage, sa part d'ombre mélancolique donne un beau relief à l'ensemble. En donnant la major à la guitare avec notamment avec une forte dose de solis, le style Black Wizard se distingue largement du style stoner/sludge dominant et se place au-dessus de la mêlée.

Line-up
Adam Grant - chant / guitare
Eugene Parkomenko - batterie
Danny Stokes - guitare
Evan Joel - basse

Tracklist
1)Two Of These Nights
2)Feast Or Famine
3)James Wolfe
4)Livin' Oblivion
5)Cascadia
6)Portraits
7)Poisoned Again
8)Heavy Love
9)Eternal Illusion

 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 221 fois