Chronique

THERION - BELOVED ANTICHRIST / Nuclear Blast 2018

Vous le savez peut-être et si vous ne le savez pas je vais vous le dire, ça vous permettra de briller en société : THERION est de retour, comme prévu, avec son opéra rock.
Alors petit point info sur cet opéra pour répondre aux questions que vous pourriez vous poser. Tout d’abord oui, « Beloved Antichrist » est un opéra. Trois heures de musique réparties en trois acte. Il y a pas moins de quinze vocalistes jouant vingt et un rôles.
Mais rassurez vous, seul quelques rôles seront cruciaux pour l’histoire. Histoire inspiré de la nouvelle de Vladimir Soloviev et très bien réécrite par Christofer Johnsson et Per Albinsson.

Tout d’abord l’ajout de protagonistes féminin a été essentiel, sans quoi trois heures de chant uniquement masculin ça aurait vite fait festival de la saucisse. De plus cela ajoute une dimension dramatique à l’histoire, qui colle parfaitement à l’opéra. Le seul hic c’est que sans les paroles et l’histoire en tête je vous confirme que l’écoute peut être ardue.
Ainsi le duo Apollonius (peint par un Marcus Jupither, baryton) et Antichrist (Thomas Vikström) marche très bien ainsi que celui entre l’Antichrist et sa bien aimée Helena, interprétée Lori Lewis, que je suis ravi de réécouter.
Je reste sur le personnage principal, l’Antichrist qui est intéressant, bien que classique, et surtout merveilleusement joué par Thomas. Ce chanteur est exceptionnel, et son talent explose sur scène par ajout de son charisme.

Mais alors quid de la musique ? Et bien c’est très varié et riche. Le côté « metal » n’est pas présent sur tout l’album. Il couvre environ 10 % de la totalité. Le reste sera majoritairement orchestral et le groupe maîtrise très bien son rythme. La musique colle à l’histoire avec des moments épiques comme « Night Reborn », « Shoot Them Down » qui sont très metal car l’histoire, telle que l’on se la peint, le mérite. La moitié de l’acte 1 peut sembler un peu trop calme, long, mais comme dans les films il faut bien poser le décor. Mais musicalement cela n’en reste pas moins bon.
Pour moi l’album s’envole au 2/3 de l’acte un (avec entre autre un monologue magnifique de Thomas sur « Nothing But My Name »), couvre tout l’acte 2 qui est magnifique, puissant, superbement orchestré dans les enchaînements.
Évidemment l’acte 3 sera le plus varié car tout arrive dans cet acte (non je ne ferai pas de spoil). Du coup on passera de « Shoot Them Down » très agressif à « Forgive Me », très calme et mélancolique.
Une fois l’histoire en tête, la musique aide vraiment à vous faire le film. Honnêtement la clé est là. Il faut avoir lu. Sans quoi vous aurez une succession de morceaux bons, excellents pour certains mais qui ne vous parleront pas. Christofer veut porter cela sur scène, ainsi il faut évidemment voir ça comme une bande originale et non comme un album a écouter comme ça en voiture ou sous la douche. De la même façon que l’on écoute pas la bande originale du « Seigneur des Anneaux » comme ça pour le fun. Il faut se poser, calmement et associer les images que vous vous créerez au son que le groupe propose. Oui il faut faire une écoute intelligente.

Que les fans et gens soient donc prévenus. THERION frappe très fort, seulement si vous n’aimez pas les orchestrations, le chant opéra, les albums longs, passez votre chemin. Il y a trois heures de chant opéra, pas un poil de chant mainstream ou rock, pas de growl, juste de la musique, des chanteurs d’exceptions servant une histoire intéressante. L’œuvre est géniale, je tire vraiment mon chapeau au groupe et surtout à Christofer. Alors oui ça sera dur au début, mais c’est tellement bon quand on y est. Et surtout, la fin sur « Theme of Antichrist » vous filera des frissons tant ce morceaux est épique, grandiose, beau.
 
Critique : SBM
Note : 9.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 216 fois