Chronique

GHOST - CEREMONY AND DEVOTION / Spinefarm records 2018

Le phénomène Ghost s'est transformé en véritable institution et s'installe plus durablement et plus fortement à chaque pas. Depuis Meliora, le troisième album, le Doom rafraîchi par les suédois explose à l'échelle planétaire, parvenant même à imposer un EP grâce au tube déjà mythique "Square Hammer". Consécration suprême : le ForgeGate, une affaire d'identité dévoilée, de commission, de droits d'auteurs, bref une sale affaire de pognon qui rend le groupe encore plus populaire grâce à la magie du neuromarketing. Gagnant sur tous les tableaux, Ghost finalise avec une belle cerise sur le gâteau avec le double live que tous les fans attendent, et ils seront servis !

Il est où le DVD, il est oùùùù ?
Bien servis, enfin presque. La première critique et certainement l'unique, est l'absence d'un coffret avec le live en DVD. Pourquoi diable achèterait-on un live de Rammstein, si c'était pas pour voir du feu et des flamme ? De la même façon, Ghost est aussi un groupe de spectacle. La vidéo, ça manque, clairement.

Un best-of avec un public et Papa Emeritus III
Côté musique à la musique, on est dans de l'exception. Comme les grands groupe comme Iron Maiden et Metallica, Ghost a son propre rituel d'avant-concert, et je peux vous garantir que la BO de Eyes-wide-shut Masked Ball est à glacer le sang ! La proposition de Ceremony and Devotion est une setlist quasiement inchangée en deux ans de tournée. Les ajustements sont d'ailleurs sont parfaits. Spirit laisse ainsi la place à Square Hammer qui met le feu aux poudres, enflamme le public prêt à scander le refrain. Papa Emeritus clôture sur un "good evening San Francisco" à vous coller la banane. Car monsieur a un accent roulé absolument gagesque. Quoiqu'il en soit voici la nouvelle pierre angulaire de Ghost. Masterpiece dirait l'autre.

Pour les titres vraiment marquants, il y a les titres méconnus d'Opus Eponymous, le premier album. Con clavi con dio et son orgue maléfique, Ritual et son thrash dégoutant alterné avec le doom heavy que l'on connaît. Ghost y est bien plus violent et virulent, et donne ainsi de l'air au côté shock-glam acquis en cours de route. Pour ceux qui sont plus familiers avec les albums récents, vous serez absolument subjugué par le duo He is/Mummy dust. Le premier, très doux, avec le jeu à deux guitares et le public qui chante, le deuxième, absolument heavy avec Papa Emeritus qui sort le grand jeu, un chant grunté qu'on ne lui connaissait pas. Grosse tarte.

Donc, je vais pas vous faire un dessin : must-have, cadeau de la fête des mères ou des pères, à avoir dans la voiture, dans le smartphone, en vynil, en CD, en démat'.
Hashtag Foncedansletas.

Set list
CD1
1. Masked ball (sample) / Square Hammer
2. From The Pinnacle To The Pit
3. Con Clavi Con Dio
4. Per Aspera Ad Inferi
5. Body And Blood
6. Devil Church
7. Cirice
8. Ghuleh/zombie Queen
CD2
1. Year Zero
2. Spöksonat
3. He Is
4. Mummy Dust
5. Absolution
6. Ritual
7. Monstrance Clock
 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 319 fois