Chronique

FISTER - NO SPIRIT WITHIN / Listenable records 2018

Ce monde est foutu. Un poison se répand et plonge l'humanité dans une ivresse incontrôlable, déforme notre perception du monde, et érige un épais brouillard à l'horizon. Pourtant, nous continuons à étancher notre soif, à boire la vie, un peu plus chaque jour, jusqu'à la dernière goutte. Nous faisons fausse route. Nous titubons. Et dans notre chute, nous entrainerons tout ce qui nous entoure. Pour récompense, nous, homo sapiens sapiens, récolterons ce que nous avons semé : le néant.

Tags : fister, nospiritwihin, doom, death, funeral, sludge, prozac, jackdaniels, whitewidow, unebonnepipeetaulit, tetequitourne, 5fruitsetlegumesparjour


Ça mets la banane non ? Ah j'vous garantie que j'étais pas bien à la fin de cet album ! J'encense toujours le label Listenable records pour trouver des trucs de ouf, mais là, quand même, ils ont mis la barre à un sacré niveau ! Ce trio américain vient de St Louis, Missouri, le Midwest quoi, un endroit qui doit bien être pourri pour inspirer une musique aussi abominablement fascinante. J'adhère, je plussoie, j'y retourne !

Star Swallower
10 putain de minutes

Fister donne sa propre définition du Doom, au sens littéraire. Avec un métal extrême, abrasif, et sans aucune once d'humanité. Star swallower et son clip cosmique, assez abstrait, est très représentatif de ce qu'est cet album. Une puissance surnaturelle à la voix gutturale s'empare de l'auditeur, doublée d'un duo guitare/batterie qui cogne à l'unisson pour enfoncer un clou qui traverse l'esprit de part en part . Lentement, très lentement, mais fortement. Pendant de longues minutes.

Disgraced Possession
Interprétez le chaos à la guitare, vous avez une heure

D'ailleurs pour vous donner une idée du temps qui s'écoule dans cet album, I am Kuru, c'est juste un interlude. Six minutes. Voilà, c'est dit, vous savez dans quoi vous vous embarquez.

Bon mais tout de même, le métal, c'est de la guitare. Ce que je disais tantôt pour l'album Eonian de Dimmu Borgir. Et effectivement, les guitares parviennent à capturer l'attention sur la durée tout simplement parce que l'album est extrêmement bien produit et que cet instrument a été pensé dans les moindres détails. Tout ce que ne dit pas la musique par le texte, elle le dit par la chaos des sonorités imposées par la guitare. A ce titre, Disgraced possession possède un jeu de guitare, et de basse d'ailleurs, tout à fait intéressant et hypnotisant, qui vous laissera titubant et nauséeux après le supplice "solo selon Fister". Si le métal c'était Top Chef, j'aurais pas envie de déguster leurs assiettes !

Pas de conclusion. Fister, à écouter avez des chipster et tout autre forme de douceur. Vous en aurez besoin.

Line-up
Kenny Snarzyk : Basse / chant (vocals en VO, ça correspond mieux au genre ouais)
Kirk Gatterer : batterie
Marcus Newstead : guitare / chant

Tracklist
1)Frozen Scythe
2)Disgraced Possession
3)Cazador
4)I Am Kuru
5)No Spirit Within
6)Heat Death
7)Star Swallower


 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Page facebook
Vues : 108 fois