Chronique

WALKING PAPERS - WP2 / Loud & pround records 2018

C'est avec un certain retard que je me penche sur la sortie du deuxième opus du super groupe de Seattle. Après une première réalisation plus que convaincante voyons où nos trublions vont nous mener !

La basse de Duff intronise « My luck pushed back » qui retrouve le rock alternatif qui nous a tant enchanté sur le premier opus ! Un titre plutôt rythmé qui commence bien. Par la suite « Death on the lips » débarque en mode plus sombre. Jeff Angell est quant à lui très possédé. Un morceau étonnant en début d'album.
Va t'on retrouver un peu d'espoir avec « Red and white » ? Je sais que ce n’est pas la came du groupe, et cette ballade mélancolique nous le prouve bien. Une fois de plus Jeff est très impliqué dans un chant désabusé et prenant. On retrouve le sourire sur un plus fun « Somebody else ». Du rock brut de décoffrage qui fait bien son effet !
C'est à nouveau la basse qui ouvre « Yours completely » avec une petite ambiance Muse. Un titre tout en ambiance et changement qui là aussi fait de l'effet. Un très bon moment ! « Hard to look away » arrive à grand coup de guitare et dans un esprit des plus rock ! Avec ça on ne peut que s'éclater ! Du pur et dur sans concession !
On calme le jeu avec un mid tempo mélodique : « Before you arrived ». Une variation bien vue, qui permet de reprendre son souffle.
Encore un peu plus de calme avec la ballade « Don't owe me nothing' », gavée d'orgue ambiant. Un titre assez surprenant qui ne laisse pas indifférent. On enchaîne avec la groovy « This is how it ends » qui change la donne et se veut plus dure !
Puis c'est sur du simple et presque pop que cet album se continue avec « I know you're lying » à qui je trouve un aspect Beatles sale. Qu'est-ce que ça fonctionne !!
« Into the truth » lâche rien et envoie du rock dur et crade dans ta face ! Avant un bluesy et rythmé « King hooker » qui continue de varier les plaisirs. Cet album finit fort !! Et c'est peu dire avec « Right in front of me », une ballade lugubre qui laisse des traces durant ses 7 minutes.

Conclusion : Avec son deuxième opus, Walking Papers poursuit sa route sans grand bouleversement. Un opus intéressant qui même s'il n'arrive pas à la hauteur du premier propose de bonnes choses.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 22 fois