Chronique

DORO - FOREVER UNITED - FOREVER WARRIORS / Nuclear Blast 2018

Doro sort un nouvel album, pardon deux. Techniquement ils sont sortis en août mais soyons honnête, qui a lu les chroniques d’août ? ! Qu’il se dénonce (ok tout le monde ne part pas en vacances, mais j’avoue moi si donc il a bien fallu vous faire attendre un peu). Et puis un double album, c’est pas un truc que tu décortiques en 5mn. Bref, il est sorti en août mais vous étiez passés à coté, et pourquoi donc ? Parce que vous êtes trop jeunes !

« Je vous parle d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître » : à l’époque la planète Métal est un univers où la testostérone sent bon le cuir et les clous et où croiser une permanente blonde en concert n’est pas du tout rare mais pas très utile si tu as le malheur d’être hétéro. Traduction : dans les années 80, il y avait trois sex-symbols féminins sur toute la scène Métal (dans l’ordre :Vince Neil, Doro et Lita Ford) et que des mecs ou presque dans les salles.

Doro est de retour. Et si toi, jeune godelureau boutonneux qui s’imagine que Slipknot c’est « old school » tu n’en savais rien, c’est que tu n’es pas en quête de tes racines. Doro c’est une institution, notre copine à tous, la nana qu’on a épinglée en poster et dont on regardait les pochettes de disques en se disant qu’en plus la musique était cool. Donc niveau excuse libidinale, elle a toujours été parfaite, irréprochable, unique.

Alors, si sur la pochette elle a l’air d’avoir trente piges, c’est parce qu’elle a le même produit de beauté que Manowar (à savoir : la peinture ! C’est mieux que Photoshop et ça a permis de traverser le temps aux barbares italo-américains en string à poils depuis des décennies, faisant d’eux les rivaux Métal de Village People en moins viril ou le contraire je ne sais plus, je connais mal le disco... Donc pourquoi pas à une charmante Walkyrie dont le power Métal, lui au moins, a des vraies coucougnettes ?!) Et donc encore une pochette qui permettra à tes parents métaleux de se dire que « halala c’était le bon temps quand même » (en plus c’est vrai).

Vous m’aurez compris, cette chronique s’adresse avant tout aux enfants de ceux qui ont déjà acheté tous les disques de Doro, (donc à des mecs entre 30 et 15 piges, des gosses quoi) car les gens qui avaient déjà un pouvoir d’achat en 1980 ne m’ont pas attendu pour se jeter dessus.

Hey toi ami jeune, fais preuve de curiosité et profite, Doro c’est du vrai Métal efficace et carré avec des vraies ballades avec de la reverb’ sur la caisse claire, des murs de power chords, un timbre rauque à faire pâlir d’envie Bonnie Tyler (comment ça qui c’est ?). Le son est à la fois moderne et intemporel. C’est un très bon disque de Doro, enfin deux, enfin on s’en fout de toute façon, chope les deux si tu n’as aucun de ses disques et pi voilà.

Ah j’oubliais un détail il y a aussi des invités que toi tu connais ami jeune (et c’est du très bon featuring). Johan Hegg d’Amon Amarth vient pousser la chansonnette le temps d’un duo splendide : « If I can’t have you no one will », comme pour prouver qu’on peut avoir un cœur même si il est en Métal. On croise aussi Doug Aldritch et Tommy Bolan

(respectivement Whitesnake et Warlock), une reprise de Whitesnake (« Don’t break my heart again ») que j’ai mis 34 secondes à reconnaitre tellement le lifting est bien foutu. C’est simple, la version est plus lisse que la peau de David Coverdale. Et une version de « Lost in the Ozone » (dans une version à se rouler des pelles pendant tout le slow) de Lemmy, qui en plus d’être Dieu était aussi un pote de Doro vu qu’elle était belle et lui chaud comme un pétard un 14 juillet (qui s’assemble etc). Pour la blague y’a même une chanson en allemand (rien de bien original, pour une nana qui a grandi à plusieurs centaines de bornes à l’est de Forbach) mais sur du vrai Power Métal old school, ça a un charme qu’on ne connaît que si on a fait Wacken au moins deux fois avant l’an 2000.

Bref ich bin ein Doroliker et j’assume.

Pour le reste, sois curieux ami jeune, tu ne seras pas déçu.
 
Critique : Thomas Enault
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 72 fois