Chronique

ZEAL & ARDOR - STRANGER FRUIT / Universal Music 2018

Negro spiritual et black metal. Une histoire amusante de défi et de partage sur une plateforme collaborative a mené le musicien suisse Manuel Gagneux à œuvrer sérieusement pour mélanger ces deux musiques. Devil is Fine son premier essai est désormais suivi de Stranger fruit, le premier "long-métrage" de ce projet unique et avant-gardiste.



Et le projet est réussi puisqu'il rend cette fusion insolite naturelle. A la première écoute, les choix techniques y sont pour beaucoup. Le chant "negro" est enregistré avec une saturation de micro dignes de veilles archives, qui évoquent également d'ailleurs l'excellent film à suspens La porte des secrets. Il donne ainsi au texte un certain côté incantatoire qui s'associe avec merveille à ce black métal produit et chanté comme les premiers albums du genre, de la façon la plus dégueulasse possible, voir même la plus bruitiste possible. Ce trait est évidemment valable à un certain degré

L'immersion est également une grande qualité de ce Stranger Fruit. L'album commence, comme pour Devil is Fine, par un zoom sur ce que Manuel Gagneux fait de non-métal. Gravedigger's chant dont le clip est disponible sur YouTube déballe toute la palette des influences afro-américaines de façon très cinématographique et minimaliste, comme s'il s'agissait d'un titre de la bande original du film 12 years a slave. La punchline est claire, lisible et génère une tension.

Et c'est sur cette tension que joue énormément le début de l'album. Faire émerger petit à petit, titre après titres le black métal, toujours puis criard, et toujours plus bruyant, pour passer de la terreur à la fureur et parfois jusqu'à la folie. Le crescendo de Servants à Waste est le noyau dur de l'album. Si vous l'aimez, vous êtes converti. La suite, You ain't coming back reprend sur un negro spiritual qui vous embarquera sur la deuxième partie de l'album, non moins intéressante, mais qui, moins codifiée et plus libre, semble exiger de passer ce cap au préalable.

Ce cap est loin d'être insurmontable si on en croit le calendrier du groupe. Hellfest en 2018, et une tournée mondiale bien remplie dans la foulée. Avec Stranger fruit, Zeal & Ardor devient déjà et incontestablement un groupe culte de cette décennie. Les puristes en saigneront des gencives, mais pour les autres, une belle découverte vous attend.

Comme je ne savais pas où le placer, je garde cette note pour la fin : zapper l'intro. Elle aurait trouvé une meilleure place en tant que teaser de l'album.

Tracklist:
01. Intro
02. Gravedigger's Chant
03. Servants
04. Don't You Dare
05. Fire Of Motion
06. The Hermit
07. Row Row
08. Ship On Fire
09. Waste
10. You Ain't Coming Back
11. The Fool
12. We Can't Be Found
13. Stranger Fruit
14. Solve
15. Coagula
16. Built On Ashes

 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Page Facebook
Vues : 54 fois