Chronique

BATTLE BEAST - NO MORE HOLLYWOOD ENDINGS / Nuclear Blast 2019

Le duel entre les finlandais de Beast in Black et Battle Beast fait rage.
Evoluant dans un même univers musical et étant dans la même écurie, quoi de mieux que de sortir pour chacun de ses deux groupes leur nouvel album à un mois d’intervalle pour nous délecter les oreilles de leur power metal à la fois moderne et un peu rétro avec leurs claviers omniprésents.

Avec ce cinquième album autant dire que le groupe compte bien refaire entendre.
Le premier single, titre éponyme de l’album au passage, « No More Hollywood Endings » nous suggère un album grand public avec son aspect pop metal et son très joli clip vidéo permettant à la grande masse de se familiariser avec un metal dynamique mais aussi bon enfant. Pas mainstream, mais pas loin quand même.
Le second single « Eden » quand à lui est pus direct et plus puissant, laissant sous entendre que l’album est varié et donnera certainement cette dose d’adrénaline attendue.
Sans vous mentir et sans maintenir le suspens, c’est un peu comme si l’on se prenait une bonne gifle (un direct serait un peu trop violent quand même).
Onze titres, et l’on monte en intensité non seulement à travers l’enchainement des chansons, mais aussi à chaque écoute du disque en soit.
« Unfairy Tails » ne reniera certainement pas sa large inspiration de « Livin On a Prayer » de Bon Jovi sur son intro et sa ligne musicale globale. Malignement fait car ce n’est pas non plus du plagiat. A parler d’influences, autant y intégrer le titre «The Hero » qui lui évolue entre du Frank Stallone et son « Far From Over », ou encore Kenny Loggins sur « Footloose » / Michael Sambella pour « She’s A Maniac ». Un mélange explosif et très savoureux. Cette pièce est en soit le début du plat principal car « Piece Of Me » qui arrive juste après par exemple vient de par son énergie et son côté plus agressif, vient un peu plus enfoncer le clou car jusque là, il fait le dire, il n’y a pas vraiment de faux pas, même si la power ballade « Endless Summer » reste kitsch de part son ambiance mais est agréable.

C’est d’ailleurs avec « I Wish » autre ballade, que le trou normand se fait pour notre plus grand plaisir. Une magnifique ballade avec laquelle l’on s’évade dans nos rêves les plus magiques.
Mais qui dit trou normand, dit un dessert comme il se doit.
Cet ultime trio arrive comme la cerise sur le gâteau avec un « Raise Your Fist » épique pour commencer; poignant et captivant donnant un coup de fouet bien marquant faisant parti sans difficulté des pépites de cet album avec son intro envolée et l’arrivée de Nora au chant qui fait bien monter la pression juste avant le feu d’artifice final avec LE morceau de l’album j’ai nommé « The Golden Horde ». Un titre qui sur scène fera vibrer les salles entières et donnera quelques douleurs à certains à force de headbanguer, sauter, pogoter sur cette tuerie - ne mâchons pas les mots.

Intense et captivant, voilà ce qui résume parfaitement ce cinquième opus du combo finlandais. Il fera sans aucun doute parti du top 3 des meilleurs albums de l’année. Un album à découvrir sans fautes, et un groupe aussi pour ceux qui ne le connaissent pas encore.
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 147 fois