Chronique

GREY DAZE - AMENDS / Loma Vista Recordings 2020

GREY DAZE... un nom qui ne dit rien à personne. Ou si peu... Pour cause, le groupe est dissous après le départ, en 1998, de son chanteur. C'est pas cool me direz-vous. Oui mais non. En ce temps il rejoint une formation qui vendra quelques albums par ci par là: Linkin Park.
Avec cet "Amends" qu'avons nous? Un objet assez particulier. La formation a ré-enregistré certaines parties, composé de nouvelles plages audio, faisant de cet album un genre de best of hommage. Mais Chester nous ayant tristement quitté, qu'est devenu sa voix? Ses parties de chant etc...? Et elles restent authentique au fil du disque, la voix d'un grand chanteur avant son apogée... Le Samson de Bruce Dickinson...

Musicalement il y a différentes facettes, avec des titres comme "Sickness" très ambiant, planant, rock opposé à un « Sometimes » plus mélancolique. Et , on le savait déjà, Chester était doué. Sa voix est très facilement identifiable, toujours merveilleuse, et elle colle parfaitement aux compos rock/grunge de GREY DAZE.
On voit bien que le groupe avait un truc, avec « What’s In The Eye » très beau ou « Syndrom » changeant, partant d’une ballade rock électro pour arriver à un riff enragé, mettant la pression à l’auditeur, le poussant à se lever et hurler.
Non en ça l’album s’écoute facilement, vraiment. Le piano voix « In Time » est superbe. Mais que j’aime sa voix… Putain Chester pourquoi il a fallu que tu partes si tôt…
En écrivant ça je suis passé à « Just Like Heroin », comme quoi… Ses démons étaient vieux, et il crache sa frustration, puissante.

Je suis surpris par le mix, on a vraiment un rendu équilibré, authentique qui sonne old school avec quelques fioritures de ci de là. Honnêtement si je ne n’étais pas au courant du trépas de l’artiste, je croirais vraiment que c’est un nouveau projet…

Il y a tout de même un bémol pour moi, il s’agit de deux titres de dix et quinze minutes, nommés respectivement « Make Money » et « Shopify ». Alors attention je ne critique pas la qualité musicale, planante avec un côté floydien. Mais ce côté lancinant casse le rythme de l’album, surtout qu’elles sont proches l’une de l’autre. Je les zappe. Allez savoir. Je vois peut-être cet album comme l’héritage de Chester et ne veux que lui.

Et quand je l’écoute sur « Soul Song » j’ai une boule dans la gorge… Oui je suis sentimental et à cran. Et puis vous me connaissez, vous savez que j’ai la larme facile…
On sent quand même une certaine mélancolie sur l’album. Sur la plupart des titres et à la fin sur « Morei Sky » et « She Shines », mais c’est là que monsieur excelle…

Avec des titres (sauf deux) courts, une moyenne de 3 minutes 20 secondes 86 centièmes (oui j’ai fait le calcul), « Amends » passe très bien. Le temps d’un voyage musical simple mais au rendu impeccable. Et si j’ai été aussi dithyrambique sur la voix c’est parce qu’elle est magnifique. Bien que jeune, Chester est une voix qui doit traversera les générations. Merci donc à ses vieux acolytes pour cette offrande… Merci.
 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 92 fois