Chronique

RICHARD ANDERSSON SPACE ODYSSEY - TEARS OF THE SUN / REGAIN RECORDS 2006

Le géant claviériste suédois revient en cette fin d’année avec le 3ème album de son projet Space Odyssey qui comme son groupe Time Requiem (dont le 3ème album est sorti cette année aussi) a subit quelques changements dont le plus notable est le départ de l’immense Nils Patrick Johanson (Astral Doors / Wuthuring Height) remplacé ici par David Fremberg (Andromeda).  Donc après avoir été très déçu par ‘Optical Illusion’, allons voir ce que ‘Tears of the sun’ va être.
 
« The bohemian werewolf » ouvre le bal et là on est surprit car on retrouve un hard à la Rainbow Loudness qui envoie des pieds, on est loin du gros prog néoclassique de The astral Episode. David arrive et assure vraiment dans un style proche de Dio, en plus mélodique.
Etonnant ! On ne s’attend pas à cela mais au moins la cohésion voix / musique est nickel.
Magnus Nilson assure toujours au niveau solo, laissant un peu de côté son inspiration 100 % Malmsteen et donnant dans le un peu plus personnel. On continue dans un mid tempo « Obession » qui rappelle étrangement Black Sabbath (Anno Mundi de l’album Tyr). David fourni encore du très bon travail et autre chose étonnante, c’est le retrait très prononcé de Richard Andersson qui se contente d’assurer des nappes discrètes et laisse son guitariste assurer le son.
« Miracles in daylight » lorgne vers un hard teinté de blues qui rappelle le ‘Bad Blood’ d’Yngwie J Malmsteen (The Seventh Sign). Décidément, on peut se demander si cet album est fait de nouvelles compositions ou de réadaptations. Heureusement que l’interprétation est parfaite car ça déçoit un peu quand même. « Killing the myth » débute et là je recherche qu’est-ce que ça peut me rappeler. A priori rien, là on a affaire à un titre plutôt puissant avec une voix plus hargneuse et des passages plus mélodiques, qui peuvent faire penser à Andromeda en moins prog ! A noter que l’ami Richard devait être absent des séances d’enregistrements car on ne l’entend quasiment pas ! 
« Dark wings of universe » reprend le hard bluesy à la Yngwie, on tape du pied car le rythme est bien présent mais par contre on est constamment en train de se poser la question : mais à quoi ça me fait penser ?  Miracle !!! Richard s’est réveillé et nous exécute un bien bon solo en duo avec son ami guitariste. Début calme pour « The awakening » puis un bon riff vient lancer la chanson. Très mélodique elle pourrait appartenir aux groupes de hard mélodique (du style la tripotée de projets de Magnus Karlson) ce qui ne l’empêche pas d’être bien sympa.
Un titre encore un peu plus décalé du reste.
Place à la title track « Tears of the sun » (qui me rappelle quelque chose mais je n’arrive pas à y mettre un nom dessus). Encore une fois le groupe se perd dans ses compositions sans personnalité, bien trop dommage quand on connait le talent des musiciens. On peut se poser la question : Est-ce qu’ils ont vraiment le truc pour composer car de très bons musiciens ne font pas forcément de très bons compositeurs !
« The northern silence » attaque de façon lourde avec des chœurs sombres. Un bon titre dans l’esprit Black Sabbath (dont la voix de David se rapproche de celle de Tony Martin). Un bon titre qui se laisse écouter. On termine par « Bloodspill » qui sonne comme du Guintini ou du Brazen Abbot. Un autre titre qui montre les lacunes de cet album pour ne pas dire du groupe.       
   
Conclusion : un album agréable à écouter mais qui manque cruellement de personnalité. Dommage car le travail de David est excellent tout comme celui de Magnus mais on est bien trop gêné par ces ressemblances fort poussée. On dira que l’année 2006 était une mauvaise année pour le géant Suédois qui se doit de redresser la barre s’il ne veut pas finir au fond des oubliettes.
 
Critique : Guillaume
Note : 6.5/10
Site du groupe :
Vues : 1024 fois