Chronique

GRAVE DIGGER - LIBERTY OR DEATH / Locomotive music 2007

Les allemands sont de retour, deux ans après l’excellent ‘The last supper’ qui avait amorcé une petite évolution au sein du gang. Aujourd’hui voilà qu’ils poursuivent leurs efforts avec un 14ème méfait de pur Heavy metal.
 
La title track ouvre le bal. Orgue oppressant, ambiance lugubre, « Liberty or death » débute de façon pas très rassurante. Enfin la guitare arrive et donne droit à un très bon titre dans la pure veine Grave Digger.  A la suite de cette longue intro arrive enfin la voix de Chris Boltendah, toujours la même, et que dire de ce refrain : énorme ! On peut déjà dire un truc : ce titre c’est de la tuerie tout simplement !  « Ocean of blood » part sur les chapeaux de roues.   
Rythme effréné, guitare acérée, un titre qui sur scène aura sa place et va botter quelques culs.
Il est sympa de constater que le groupe poursuit dans sa voie avec toujours autant de brio, et d’envie.
« Highland tears » rappelle des souvenirs d’Ecosse dans une intro à la cornemuse, puis sur un bon titre heavy qui tient une cadence infernale. Le refrain est super pompeux et guerrier : un modèle du genre. « The terrible one » arrive et ne lâche rien. Courte intro avec des chœurs puis Manni Schmidt nous déboule un riff bien tranchant comme il est apprécié, le bougre. Je n’en avais pas encore parlé mais une chose de sûr, sa place est bien ici car il assure de mieux en mieux à la six cordes et m’a largement fait oublié Uwe Lulis. 
« Until the last king died » se fait plus mid tempo, mais reste savoureusement venimeux. Un titre bien agréable qui fait effet de suite avec ses changements de rythme et quel solo de Manni ! « March of the innocent » ne compte pas en rester là malgré son intro calme, acoustique, non, mieux, elle martèle nos pauvres oreilles de son heavy métal guerrier. Par contre petit moins, le refrain fait je trouve, un peu abusé.
« Silent revolution » débute sur des faux de hard rock. Etonnant et pas forcément réussit, mais la suite rattrape un peu cette défaillance. Malgré tout, pas le meilleur titre de l’album. Heureusement « Shadowland » remet tout le monde sur les bons rails. Douce intro un peu à la Megadeth, riff de tueur et c’est reparti pour un tour. Là aussi, avis de tempête en live assurément !
« Forecourt to Hell » commence directement, ici pas de chichi, du heavy, du vrai, de la musique d’homme ! Une chose et sûr, les fans ne seront pas déçus par cette galette. Dernier titre avec « Massada » à la superbe intro orientale. Un super mid tempo puissant, au doux parfum d’orient qui clôture de façon exotique mais toujours aussi guerrière cet album.
 
Conclusion : encore une fois Chris et sa bande nous ont pondu un véritable album de pur Heavy fédérateur qui fait un bien fou. Si vous aimez, là vous allez adorer, si vous ne connaissez toujours pas : putain qu’attendez vous !!      
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Vues : 1175 fois