Chronique

ANNIHILATOR - METAL / Spv 2007

Jeff Waters ne s’arrête décidément jamais :13 albums studio en 18 ans c’est ce qu’on appelle du rendement, certes plus ou moins bien fait. Mais voilà, 1 ans et demi après un très bon « Schizo deluxe » très Trash, Annihilator remet le couvert avec ce « Metal » aux multiples invités ce qui cache peut -être quelque chose . Allons voir si la bête est toujours aussi en furie !

Premier riff made in Waters avec “Clown Parade”. Un titre dans l’esprit habituel d’Annihilator avec un Dave Padden toujours derrière le micro, qui assure toujours autant.
Et le premier invité n’est autre que Jeff Loomis de Nevermore qui nous offre un solo du feu de Dieu. Début plus soft pour « Couple Suicide » qui voit arriver Danko Jones (Danko Jones) au chant donnant un côté hard au titre. En plus on retrouve la belle Angela Gossow (Arch Enemy) pour quelques cris dont elle a le secret. Pour moi, un titre mi figue-mi raisin, qui n’est pas réellement digne du répertoire de Mr Waters.
Army Of One “ débarque dans un bon heavy trashisant à l’ancienne avec Steve ´Lips` Kudlow (Anvil) qui rend hommage aux grands noms du métal. Sympa et nostalgique avec un refrain bien calibré pour le live. Le début de « Downright Dominate » fait ultra plaisir un vrai riff d’annihilator comme à la grande époque ! Il faut dire que quand on arrive au solo exécuté par le grand Alexi Laiho (Children Of Bodom) on ne peut que se mettre à genoux.
« Smothered » déboule de bien bonne manière. Encore une fois on remarque la griffe Waters mais aussi, malheureusement ,un manque d’accroche et peut -être même d’inspiration par moment, malgré la présence d’Anders Bjørler (The Haunted) à la guitare. « Operation Annihilation » voit un autre grand actuel de la 6 cordes : Michael Amott (Arch Enemy) pour un bon gros mid-tempo aux bons relents trash. Un autre très bon titre de l’album.
Début bien speed pour « Haunted » qui vous arrachera les cervicales. Un titre réellement monstrueux sur lequel Dave est éblouissant, modulant son chant à la perfection. Jesper Strømblad (In Flames) vient défier Jeff Waters et donne un sacré bon solo. Epique et bonnard ... assurément LE titre de l’album ! Début calme qui intronise « Kicked » et me fait replonger à l’époque de ‘Set the world on fire’. Après la mise en place de la guitare Jeff Waters reprend du bon riff et donne encore du bon boulot. Cette fois-ci c’est une petite graine montante qui déboule Corey Beaulieu (Trivium) qui montre qu’il tient méchamment bien la route face à son maître.
« Detonation » met en avant le talent de Mike Mangini à la batterie qui n’est plus à prouver, avant de poursuivre sur un mid-tempo avec une étrange ressemblance avec ‘children of the grave’ de Black Sabbath. Un duo avec Jacob Lynam qui manque de personnalité, même le refrain pourtant sympa semble déjà entendu. Dernier riff de l’album avec la speed et tonitruante « Chasing The High » et William Adler (Lamb Of God) qui clôture de fort belle manière cet album. Encore un très bon titre.

Conclusion : Jeff Waters continue à montrer qu’il est un très grand Mr de la scène métal et même si quelques moments pêchent par un manque de sincérité ou d’innovation, ce Metal malgré ses invités ,est un pur produit d’Annihilator. Alors maintenant, il est possible de se poser cette question: est -ce-que cet album aurait été meilleur sans ses invités ? à vous de voir !
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe : site officiel d'Annihilator
Vues : 1355 fois