Chronique

TRW - RIVERS OF PARADISE / Frontiers Records 2007

TRW ? Kézako ? Il s’agit, tout simplement, des initiales des membres de ce project de rock mélodique. « T » pour Thompson, « R » pour Robinson et « W » pour Williamson ; respectivement guitariste, batteur et chanteur de ce « Rivers Of Paradise ». Un rock mélodique plus bluesy que metal, certes sympathique mais pas indispensable non plus, hormis peut-être pour les fans du genre.

Pour tous les aficionados de rock FM, mélodique, AOR, les noms cités en introduction ne leur seront peut-être pas inconnus. En effet, à eux trois, on peut compter des participations avec, entre autres, Michael Jackson, Eric Clapton, TOTO ou bien encore Madonna. TRW n’est donc pas composé de manchots ou de vocaliste de seconde catégorie. Ca sent la maîtrise parfaite, c’est carré, ça joue bien et beau, cela manque par contre d’un peu de folie voire d’originalité.
L’album démarre par une chanson intro qui dépasse à peine les deux minutes. Le morceau s’intitule “ Set My Spirit Free ” et débute par seuls la guitare acoustique de Michael Thompson et le timbre chaleureux de Mark Williamson. La minute passée, une ambiance orientale s’installe, d’abord « aérienne », elle devient heavy au fur et à mesure jusqu’à la phase de transition avec le titre suivant, à savoir “ Rivers Of Paradise ”. Très entraînant, il démarre à cent à l’heure, les musicos semblent vraiment s’éclater. Le rythme reste rapide tout du long, même sur le refrain enlevé durant lequel Mark est accompagné de chœurs. Le titre suivant se nomme “ Hold On ”. On ralentit le tempo et on se croirait écouter un morceau de TOTO, autant dans le registre vocal de Mark que dans l’ambiance musicale. Le refrain est encore très entraînant et de nouveaux chœurs, cette fois-ci féminins, enrichissent encore plus le morceau. La batterie de John Robinson retentit, il s’agit de “ Indiscretion ”. Le registre devient ici beaucoup plus bluesy et nous avons donc un midtempo sympa mais qui ne casse pas non plus des briques, même si les envolées guitaristiques sont très agréables.

Gonna Be Some Changes ” prend le relais, toujours aussi bluesy, cette fois-ci c’est plutôt vers du Clapton qu’il faut se tourner. C’est propre, c’est bien interprété, bien joué, mais voilà quoi, rien de bien magique là dedans, hormis peut-être le solo virevoltant de Michael Thompson et la présence d’une chanteuse au timbre typé gospel. La ballade de l’album se nomme “ Only A Letter ” et est la chanson suivante. Priorité donc aux vocaux de Mark Williamson sur ce titre très doux. Le refrain est un point fort de cette ballade, car plus enlevé que les couplets. On en prend plein les oreilles entre les montées du lead singer et les chœurs très justes. Joli passage, mais malheureusement pas transcendant non plus. On repart sur un titre plus énergique, c'est-à-dire “ Hard Time Love ”. Encore très bluesy, presque country dans l’esprit, un morceau léger et catchy à souhait.

Le trio final débute par le titre “ One Good Woman ”. Très rock n’ roll, Michael s’en donne à cœur joie dans une intro qui envoie sévère. Le riff reste d’ailleurs omniprésent tout au long de ce morceau assez énergique. On enchaîne et on calme le jeu avec “ Love Come Callin' ”. Midtempo enlevé, la rythmique est très agréable sur les couplets et le refrain repris en chœur permet à Mark de faire quelques magnifiques envolées. A noter également, le très beau solo de Michael qui a, par moments, quelques sonorités Queenesques. Bref du tout bon ! On termine ce « Rivers Of Paradise » avec “ Alimony Blues ”, qui, vous l’aurez compris, se veut être une ballade bluesy.C’est à dire un morceau lent ou les musiciens semblent vraiment jouer en freestyle, tout dans l’impro. Le résultat est parfaitement maîtrisé ... pour les fans de blues bien entendu.

Conclusion : Un album pour les fans purs et durs de AOR et/ou de blues, ou plus particulièrement de Journey et autre TOTO. Les metalleux risquent quand même de facilement passer leur chemin sur ce « Rivers Of Paradise », malgré les qualités intrinsèques indéniables de l’interprétation.
 
Critique : Secret Sfred
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel de TRW
Vues : 1110 fois