Chronique

DREAM EVIL - THE BOOK OF HEAVY METAL / CENTURY MEDIA 2004

Dream Evil sort là sont troisième album et compte bien se faire plus qu’une place dans le monde surchargé du true métal.
Encore un album de true métal me direz vous ! ben… oui et non, car Dream evil c’est du heavy mais avec un truc en plus qui fait la différence, quoi ? peut être un chanteur qui ne tente pas de copier Halford ou autre hurleur en tout genre.
Même si « the book of heavy metal » commence sur un cri aigu, la chanson est heavy de chez heavy un gros son de gratte une batterie qui assomme chaque note et notre chanteur qui se prend pour Rob Halford (je vous avoue j’adore cette façon de chanter mais là c’est limite, pas que les notes sont fausses mais on sent que c’est pas sont truc enfin…) Un très bon début quand même.
Riff lourd pour « into the moonlight » qui nous démontre la volonté de faire du pur heavy, bon rythme notre chanteur laisse tomber ses envolées lyriques pour revenir dans son registre.
Quelques chœurs présents pour le refrain un break calme un petit solo de gratte bien dans l’esprit non il n’ont rien à se reprocher. D’ailleurs « slend » plus rythmé bastonne bien, toujours dans le plus pur esprit heavy métal mais à l’écoute des chansons ont remarque que la recette est peut être des morceaux avec un style identifiable (celui du groupe) et des riffs finalement qui ne ressemblent pas à 100 autres.« No way » en version speed confirme mon point de vue, un petit air d’ Ozzy plane sur la voix avant le refrain et certains harmoniques utilisés par la gratte rappellent tonton Zakk Wylde, une petite bombe qui te secoue les tympans.
« crusader’s anthem » débute calmement pour un mid tempo mélodieux avec pas mal de chœurs mais pas guerriers (un autre changement).
« Let’s make rock » plus hard rock donne une bonne dose de bonheur, un titre cool au refrain basique mais dévastateur (avis en live let’s make rock !!!) « tired » bien cool elle aussi nous fait taper du pied tout le long et accentue un coté plus ‘gentil’.oh la la l’intro de « chosen twice » fait déjà effet et le refrain me met à terre, accompagné par des chœurs féminins cette chanson se rapproche de ‘dragonslayer’ (de l’album du même nom pour moi leur meilleur chanson) une petite partie symphonique puis ça repart un titre énorme, tout comme « M.O.M » et son riff dévastateur encore un titre qui vas être énorme sur scène cette fois ci les chœurs sont guerriers et vous donne envie de partir en guerre contre toute la daube commerciale.Une ballade non ce n’est que l’intro le riff qui suit remet tout le monde d’accord « the miroir » risque elle aussi de s’imposer comme hymne en live, refrain facile, armé de gros chœurs couillus, solo de gratte qui tue de la mort : la recette des bons plats.« only for the night » balance pas mal, une forme de happy métal qui nous fait bouger le pied et l’arrière train devant sa chaîne heavy oups hi fi.Pour finir c’est une ballade « unbreakable chain » bien jolie qui nous accompagne calmement dans un univers doux mais à mon avis pas forcément rose (le métal c’est noir non ?).
Conclusion un très bon album de haevy true, tout ce que vous voulez métal, qui surpasse son prédécesseur, (Evilzed) trop basique, par de véritables hymnes métal, à acheter d’urgence pour les fans du groupe et du style. Dream Evil vient sûrement de se faire une belle place en tête A noter la version limité avec le DVD.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Dream Evil
Vues : 1012 fois