Interview

DEFICIENCY (2017) - Jerome Meichelbeck (Guitare)

Vous avez signé avec APATHIA RECORDS, qu’est-ce que cela a changé pour le groupe ?

Pas mal de choses ! On a dire qu’on est passés à un niveau au-dessus, avec une distribution à l’internationale et une promo internationale ce qu’on n’avait pas avant. Puis c’est aussi quelqu’un qu’on aime bien, on avait déjà eu des contacts par téléphone mais du coup on le voit en vrai maintenant.

Vous avez aussi changé de batteur entre les deux albums, est-ce que son intégration définitive s’est bien déroulée ?

C’est déjà quelqu’un qu’on connait depuis un moment qui jouait dans des groupes qu’on connait bien. Quand notre ancien batteur nous a dit qu’il partait on a toute suite pensé à lui. Ce qui s’est passé c’est que en Aout 2015 on avait plus vraiment de batteur donc on lui a proposé de venir jouer avec nous au MOTOCULTOR parce qu’on savait qu’il connaissait déjà les morceaux et l’album donc on a fait une répétition avec lui puis cette date et après ça s’est enchainé en fait. Après c’était devenu évidant. On a refait des dates avec lui fin 2015 et en 2016, il a enregistré l’album avec nous ça s’est très bien passé, le courant passe bien. Il est plus loin de nous géographiquement, à 4h de route mais on s’est adapté pour pouvoir travailler avec lui.

Comment vous sentez vous depuis la sortie de ce troisième album « The Dawn of Counsciousness ? »

Très très bien ! On a fait notre concert de release ça a bien marché, on a fait aussi deux dates le weekend dernier. Puis ça s’annonce très très bien, on est contents de l’accueil réservé à l’album et puis on a hâte de continuer sur les routes pour le faire découvrir ! Que du positif on est très contents.

Comment s’est passé la composition de l’album ? Différemment des deux précédents ?

Un peu différent pour le coup dans le sens où justement avec le nouveau batteur on a pu faire moins de répétitions ensemble. Comme lui il habite assez loin on s’est vus moins souvent tous ensemble. Par contre comme c’est Laurent notre chanteur/guitariste qui compose une grande partie des morceaux, avant on se retrouvait pour retravailler les morceaux ben du coup la chacun voyait de son coter à la maison donc on travaillait à distance mais moins de répétitions ensemble. C’était un petit challenge. Après au niveau de la composition ça n’a pas chamboulé tout mais c’est vrai que le fait de travailler différemment c’était intéressant.

Peut tu me parler un peu du fil conducteur de cet album ?

Donc ça reprend à la fin du précédent album. C’est une renaissance pour l’homme parce qu’une fois qu’il a compris d’où il venait et pourquoi il était là, ça lui laisse une seconde chance. Les différentes personnes ressente différemment cette connaissance donc à travers 6 morceaux sur cet album on décrit les différentes émotions cognitive ressentie par l’homme quand il renaît. La peur, la tristesse, la joie, donc voilà le thême de cet album, la renaissance de l’homme.

Du coup parle-moi de la pochette ?

Ben sur la pochette tu peux voir les différentes émotions dont on a voulu parlé dans l’l’album donc déjà on voit le bébé qui vient de naître, des personnages qui sont dégoutés, d’autres qui ont peur, d’autres qui sont heureux donc c’est tourné la dessus. Et après chaque personnage qu’on voit ici est représenté dans le livret associé au titre de la chanson avec les paroles de l’émotion qui a voulu être retranscrite.

Le choix de la chanson pour le clip était-elle logique ? Ainsi que l’idée du scénario, par rapport à la chanson « Newborn’s Awakening »

Oui c’était assez évidant et puis c’est un morceau assez représentatif de l’album, qui est pas trop longue, d’habitude on fait des clips de 6 minutes environ, là c’est 5 minutes donc on trouvait que ça correspondait bien. Mais oui je trouve que c’est un morceau assez représentatif de toute la musique qu’on fait donc c’était un choix assez évidant, qui tape bien avec un refrain assez accrocheur. Et comme c’est un morceau d’ouverture, il est pas focalisé sur une émotion en particulier, ça permet sur le clip de décrire plusieurs des émotions ressenties. Pas sur une seule, parce qu’on aurait choisi une autre chanson le clip aurait été centré sur une seule émotion donc là ça permet aussi de voir plus large pour le clip.

Pour le scénario on voulait un peu présenter toute l’histoire par le clip, présenter les personnages, tu vois la renaissance de l’homme, un personnage plus heureux, un autre en colère. Les personnages de l’album retranscrit dans le clip.

Comme une bande-annonce de l’album..

Oui voilà c’est ça, on présente la vitrine de l’album.

Parle nous un peu de la chanson « And now where else to go » ?

Alors c’est un peu une suite du morceau instru de l’album précédent. Ca nous tenait un peu à cœur parce qu’on a tous des influences de Metallica. Donc sur le deuxième album on avait fait un morceau instru qui était déjà la suite du morceau instru du premier album. Donc il y a des thèmes qui revienne et qu’on essaie de redévelopper. Dans le titre du morceau y a un clin d’œil au titre du morceau instru de l’album précèdent. On a fait un peu un fil conducteur qui nous a suivi jusqu’à maintenant et qui relie les trois albums par ce morceau instru qui est toujours la suite du précédent.

Quel est la chose que vous avez voulu apporter de plus dans cet album ?

Je pense qu’on a quand même voulu rester dans la suite du précèdent, après on a évolué, on a tourné pendant 3 ans… Peut-être un peu plus de diversité mais en même temps quelque part je trouve qu’il est quand même un peu plus violent mais il reste quand même très divers. Je pense que c’est un peu ce qu’on essaie de faire, les morceaux sont variés et on ressent aussi des évolutions dans les titres mêmes. De pas trop se répéter. Rester dans la continuité mais pas se répéter.

Je te laisse le mot pour la fin comme le veut la tradition du webzine !

Je tiens a remercier le public pour le soutien, les gens qu’on rencontre aux concerts c’est aussi pour ça qu’on fait de la musique. Merci à tous et puis à bientôt sur les routes !
 
Critique : Lionel
Vues : 69 fois