Interview

TYLER BRYANT AND THE SHAKEDOWN (2017) - Tyler Bryant et Caleb Crosby

Musicien surdoué, Tyler Bryant a su dès son plus jeune âge attirer l’attention de Clapton avant d’assurer avec son groupe les premières parties de AC/DC et Gun’s and Roses. Le combo nous revient aujourd’hui avec un excellent nouvel album, tout simplement intitulé « Tyler Bryant and the Shakedown » entre classic rock et grunge. Rencontre avec Tyler et Caleb Crosby, batteur du groupe, stars adorables et accessibles.

« Il a fallu attendre quatre ans pour que «Wild Child » ait enfin un successeur. Pourquoi une attente aussi longue ? »


Tyler Bryant : « Lorsque nous avons sorti le EP il y a deux ans, on avait sept morceaux en plus sous le coude. Nous voulions faire un album mais les labels aux Etats-Unis sont très branchés sur les possibles passages radio et préfèrent parfois du coup le format EP. »

Caled Crosby : « Il était prévu de faire un EP à la base mais nous sommes fans de rock et aimons le format album. Nous avions assez de matériel pour en faire un. Plein de gens nous demandent pourquoi nous avons mis autant de temps à sortir ce disque. On se pose la même question. »

Tyler Bryant : « On est très content que cet album sorte enfin. Lorsque nous avons commencé à l’enregistrer, nous n’avions pas de label, pas de budget. On a tout fait nous mêmes. Nous voulions un vrai disque de rock qui sorte en vinyle avec des posters à l’intérieur comme les disques que nous aimons et achetons. »

« L’album sonne très classique rock mais avec une grosse influence grunge notamment sur le single « Heartland » ou « Magnetic Field ».

Caled Crosby : « C’est vrai. On écoute beaucoup Soundgarden, Alice in Chains, Stone Temple Pilots. On aime autant Aerosmith que les groupes grunge. Ce qui importe, c’est que nous faisons des morceaux que nous aimons et auxquels nous croyons. »

Tyler Bryant : « Nous aimons Humble Pie, Led Zep, AC/DC, les Stones mais aussi Nirvana. Nous avons trouvé pour le mix quelqu’un, John Fields, qui a une culture pop car nous sommes jeunes et nous ne voulons pas reproduire le son des années 70 tel quel. Cela n’aurait aucun intérêt. Il y a deux ans notre premier concert de l’année était avec Chris Cornell, l’une de mes idoles. J’ai joué « Hunger Strike » de Temple of the Dog avec lui. On a réalisé à ce moment là que tout était possible. Juste derrière, on a été bookés pour faire les premières parties de AC/DC et Gun’s and Roses. J’ai aussi joué avec Brian Jonestown Massacre dont j’adore la musique. Faire de telles rencontres avec des musiciens que tu admires est un vrai bonheur. »

« Vous semblez ne vous fixer aucune limite musicale. « Jealous me » sonne même électronica avec un côté Nine Inch Nails. »

Caled Crosby : « C’est génial que tu dises cela. Nous voulions le faire sonner ainsi. Le fait d’utiliser quelque chose d’électronique est nouveau pour nous. Nous aimons beaucoup Nine Inch Nails. »

Tyler Bryant : « Ce disque est cohérent avec des morceaux qui sonnent très différents les uns des autres mais au final forment un ensemble qui se tient. Nous voulons créer des choses différentes. On ne contente pas de reproduire ce que nous savons faire. »

« On trouve aussi des titres de pur rock classique comme « Ramblin Bone’s » qui sonne Stones époque Exile. »

Caled Crosby : « Oui, un pur morceau country-blues. Nous venons tous dans le groupe d’univers musicaux différents et cela apporte un plus au groupe. Nous n’avons aucune barrière au niveau musical. »

Tyler Bryant : « Cela m’a fait trop plaisir lorsque j’ai vu durant l’un de nos concerts, une fille qui avait un tatouage qui était une référence à ce morceau. Je me suis dit wow ce titre a marqué les gens. »

« Vivre à Nashville, ville emblématique de la country, vous influencent-ils dans cette direction musicale ? »

Tyler Bryant : « C’est le contraire. En arrivant à Nashville, j’ai fait des sessions avec à peu près tout le monde en ville. Il y a une formule à Nashville et j’ai voulu m’éloigner de ça en créant un son plus lourd que celui que produit en général cette ville. Un producteur m’a dit : « fais ce que tu as envie de faire et oublie le son Nashville ». C’est ce que j’ai fait. Il y a d’ailleurs plein de bons groupes à Nashville qui sont très loin du son country comme les Black Keys, Kings of Leon ou Jack White. Je me sens plus proche du son du delta du Mississipi d’où je viens, de gens comme Leadbelly ou Muddy Waters que de la country. J’ai grandi en écoutant Johnny Winter. »

« Comment avez-vous choisi John Fields pour la production ? »

Caleb Crosby : « Nous avons produit le disque. John s’est occupé du mix. On était content de la production de l’album mais son mix a permis de le faire sonner encore meilleur.

« Comment avez-vous signé avec Snakefarm ? »

Caled Crosby : « Nous avons construit une excellente relation de travail avec eux. Ils nous ont soutenu, ont cru en nous. Ils ont bien bossé partout en Europe tout en nous laissant carte blanche ce qui est vraiment appréciable. Ils ont signé le disque que nous avons fait tel qu’il était. »

« J’imagine qu’ouvrir pour AC/DC et Gun’s and Roses vous a ouvert de nombreuses portes. »

Tyler Bryant : « Absolument. Cela nous a inspiré, notamment pour nos live. En plus, durant cette tournée, nous avions la possibilité de parler avec les équipes de ces groupes. On a énormément appris ainsi. Nous assistions aux concerts tous les soirs. Je trouve qu’il n’y a rien de plus excitant au monde que d’entendre résonner « You shook me all nite long ». Tout le rock est là. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 44 fois