Interview

IT CAME FROM BENEATH (2018) - Lorenzo (Guitare)

Avec « Clair obscur », les lyonnais de It Came from Beneath nous offrent un superbe album de detah-core. Brutal, puissant mais pas seulement. Le disque recèle des trésors de subtilité. Rencontre à Paris avec le groupe.

« Vous avez formé le groupe à Lyon il y a huit ans ? »


« Oui. C'est notre batteur Julien qui a formé le groupe. A la base, nous étions plutôt orienté metal-core. Avec Leo, notre nouveau chanteur, nous nous sommes orientés vers le death-core à partir de notre EP « The Last Sun ». »

« Vous n'etes plus du tout metal-core aujourd'hui ? »

« Non plus du tout. Nous avons un son death-core car on y trouve des éléments du death metal et du hard-core avec des breakdowns. Nous sommes death-core mais introduisons des éléments qui ne le sont pas dans notre musique. Nous ne voulons pas avoir le son trop monolithique du death-core. Et il y a aussi des côtés hard-core chez nous qui donne un côté plus dense à la musique. »

« L'album débute par un instrumental. »

« Cela met bien le décor en place pour l'album avant d'entrer dans le vif du sujet. La chanson s'appelle « Tenebrae » car on aime le côté sombre des choses. »

« L'album s'appelle « Clair Obscur ». C'est pour montrer votre aspect sombre mais aussi celui plus lumineux ? »

« Il y a toujours une référence à la lumière dans nos disques. Il y a des passages sombres et d'autres plus mélodiques qui amènent à cette impression de clair-obscur. C'était donc un bon titre pour l'album car il reflète bien ce qu'il y a dans le disque. »

« Votre premier album date de cinq ans. La gestation de ce nouvel album a été longue. »

« Le processus de composition et d'enregistrement a duré un an et demi, deux ans. Je suis arrivé dans le groupe au moment où les parties de guitares avaient été faites. On a pris notre temps pour être fiers du résultat. »

« Vous avez signé chez Send The Wood. »

« On a auto-produit le disque. L'album a été enregistré chez nous à Lyon. Le boss de Send the Wood nous a contacté en disant qu'il avait envie de travailler avec nous. Cela s'est fait comme ça. Send the Wood nous a financé pour le pressage du disque. »

« On vous trouve sur les plate-formes d'écoute. C'est rare pour un groupe en développement. »

« Oui, le stream est mis en avant dans l'industrie musicale de nos jours. On est sur Spotify, Deezer. On avait envie que le plus de gens puissent trouver l'album. Des américains, des russes nous demandent sur Facebook où l'on peut écouter notre disque et c'est cool qu'il soit ainsi dispo partout dans le monde. »

« Il y a dans votre disque un aspect mélodique important. »

« Ce n'était pas voulu à la base. On a eu envie de couches de guitares qui puissent donner ce côté mélodique. »

« Il y a même des parties de piano. »

« Oui, on voulait mettre le plus de choses possibles sans vouloir pour autant surcharger. On ne s'est mis aucune limite au niveau du son. Sauf le chant clair que l'on ne pratique jamais car il ne collerait pas à notre musique. »

« Sur « Octophobia » il y a un côté très trash-metal au niveau des guitares. »

« On l'a enregistré en écoutant The Dillinger Escape Plan. On s'est bien marré en faisant cela. Si demain on fait un autre album, on se privera pas si on en a envie de faire des morceaux un peu trash-metal. »

« Vous écoutez de tout ? »

« Oui, on écoute beaucoup de death-core bien sûr mais aussi du trash, du metal-prog ou même des choses maintream comme Metallica. Après, ce que l'on écoute ne se retrouve pas forcèment dans notre musique. On veut avoir notre propre son et faire quelque chose de lourd et sombre. »

« C'est étonnant qu'un groupe de death-core fasse une reprise de la rappeuse Iggy Azeala. »

« Le groupe écoutait ça dans le van. On s'est dit pourquoi pas faire une reprise décalée. Des gens sont venus nous voir après les concerts en nous disant pourquoi vous ne la jouez pas live. On est vraiment éclectique dans nos goûts. On écoute du rap, du blues, de la musique classique. On est ouvert. »

« Vous avez sorti une vidéo de « Decline » cet été. Il y en a qui vont suivre ? »

« On va faire trois clips à la suite : un en février, un en mai-juin puis un autre avec un style plus visuel, sans doute pour le titre « Clair Obscur ».

« Il y a une grosse scène metal à Lyon ? »

« Oui, on aime beaucoup In Arkadia, Up To The End. Nous sommes l'un des seuls groupes death-core sur Lyon. La scène est généréralement orientée metal-core. »

« Vous avez déjà tourné à l'étranger, en Russie notamment. »

« Oui, en Croatie, en Hongie, en Russie. On connaisait un tour manager en Russie. On a tenté le pari.On a de l'expérience. On a fait des tournées de deux semaines là-bas. Ca s'est vraiment bien passé et on a eu des retours positifs. »

« Vous partez bientôt en tournée ? »

« On a une tournée de 5 dates en Angleterre début avril et une autre comme support-band d'un plus gros groupe qui va se mettre en place bientôt. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 67 fois