Interview

FRACTAL UNIVERSE (2019) - Tout le groupe

Les Nancéens de Fractal Universe viennent de sortir avec « Rhizomes of Insanity », un album remarquable.Un disque de death-metal technique d'une richesse incroyable. Avec ce disque, le combo s'impose comme un grand espoir du metal français. Rencontre avec le groupe à Paris.

« Votre nouvel album est un concept album autour de la folie. Qu'est-ce qui vous intéresse dans ce thème ? »


« On se questionne forcément à un moment ou à un autre de la vie sur la folie. On se demande quelle part de folie est présente en nous. On a eu envie d'approcher ce concept sous différents angles afin de montrer que ce n'est pas obligatoirement quelque chose de négatif. Tous les titres de l'album parlent de la folie mais chacun d'une manière différente. Parfois au niveau de l'humain, parfois au niveau de la société. La société peut amener à la folie. »

« Le titre de l'album « Rhizomes of Insanity » est lié à ce concept de folie ?

« Oui. Un rhizome en philosophie est une structure au sein de laquelle chaque élément peut avoir une influence sur un autre élément. Cela signifie que même s'il n' y a pas de lien de causalité facile à établir, tout est lié. Il y a beaucoup de mécanismes chez l'homme, il est n'est donc pas facile de savoir d'où vient la cause. Tout est imbriqué. Au final, cela résume tout le concept de l'album. »

« Vous vous êtes inspirés du philosophe chinois Zhuang Zhou. Quel était son concept ? »

« Il avait rêvé qu'il était un papillon. Au réveil, il ne savait pas s'il était Zhuang Zhou qui avait rêvé qu'il était un papillon ou un papillon qui rêvait qu'il était Zhuang Zhou. Ce questionnement nous a intéressé et inspiré pour écrire les paroles de « Oneiric Realisations, le premier titre du disque. »

« Vous faites des références philosophiques, votre musique est extrêmement riche. Vous vous considérez comme un groupe intello ? »

« Non. Même si nous travaillons à partir de concepts et nous intéressons à la philosophie ce que nous faisons est très spontanée. »

« La structure de vos morceaux est extrêmement complexe. A l'intérieur d'un morceau, les dynamiques changent. »

« Oui, on a envie de créer de cette façon. C'est intéressant que différents styles puissent coexister à l'intérieur d'un même titre. Et c'est bien de travailler sur les dynamiques. Les groupes que nous apprécions créent de cette façon. »

« Vous avez signé avec Metal Blade qui est un label très important. Comment cela s'est-il fait ? »

« On avait vu qu'un boss du label avait tweeté un truc sur nous. On y a été au culot en le contactant et cela c'est fait comme cela. L'album leur a plu et ils nous ont signé. »

« Ce doit être gratifiant de signer chez un tel label. »

« C'est clair. C'est un immense plaisir surtout qu'il y a des tas de groupes que nous aimons qui sont signés chez eux. Cela nous ouvre aussi des portes pour l'international. Le disque va être distribué partout dans le Monde. Cela augure de bonnes choses pour le groupe. »

« Vous avez déjà un son bien à vous mais y-a-t-il des groupes qui vous influencent ? »

« On est influencé par le death metal progressif et technique des années 90. A nos débuts, nous étions très influencés par Obscura. Un peu moins aujourd'hui. On a grandi en écoutant parfois des choses très éloignées que ce que nous faisons musicalement comme de la world-music ou Deep Purple. »

« Vous êtes très techniques. Est-ce que cela vient du fait que vous avez fait le conservatoire à Nancy ? »

« C'est possible. C'est difficile à dire. Faire le Conservatoire est évidemment une bonne école pour comprendre la musique et évoluer musicalement. Cela t'apprend les bases et un certain bagage, c'est sûr. »

« Qui a réalisé la pochette de l'album ? »

« Un pote que l'on a connu au lycée, Shad. Il a fait toutes les pochettes de nos disques, de notre EP, de notre premier album et de celui-ci. »

« La scène metal de Nancy est-elle importante ? »

« Elle est assez importante. Il existe des groupes dans plein de styles de metal différents. Il y a Akroma, Defiency et Wheelfall, un groupe super intéressant qui mélange sludge, stoner et doom. Ce qui est dommage c'est que si la scène est active, la ville manque de salles et surtout plusieurs d'entre elles ont fermé récemment. »

« Vous partez en tournée bientôt ? »

« On vient de faire la release party de l'album chez nous au Gueulard. Nous sommes sur la route en ce moment en première partie de Black Dahlia Murder. Après il y aura d'autres dates en Juillet. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 44 fois