Interview

ENTROPY ZERO (2020) - F-2301

« Mind Machine-A new experience » de Entropy Zero est un superbe album totalement inclassable. Il est de la veine des meilleurs Bo de films SF des années 80 comme « Blade Runner » mais il va bien au-delà de ça. Rencontre avec F-2301, concepteur de ce projet génial.

« L'album est sorti il y a un moment déjà ? »


« Oui en Novembre 2019. On a eu le temps de faire une release-party puis le Covid est arrivé.»

« Et il a tout stoppé. »

« Oui, on devait faire la promo en Mars. Tout a été annulé, on l'a reporté à Septembre. »

« Tu es très branché SF. J'ai l'impression que tu as composé l'album comme une BO de film. Tu l'as conceptualisé ainsi ? »

« Consciemment non mais je n'écoute quasiment que des BO de films. Je voulais créer un truc immersif dans lequel les gens peuvent voyager. C'est pour cela qu'il n'y a pas de style musical prédéfini, ni de chant. On est loin du couplet/refrain, couplet/refrain. Après, ce n'est pas un concept-album. Les titres ont certes une continuité entre eux mais ce n'est pas pour autant un concept album même s'il y a l'idée de la dualité homme/machine dans le disque. Le prochain disque, en revanche, sera un concept album.»

« Les influences, ce sont les BO des films SF des 80's ? »

« Oui, mais pas seulement. « Terminator », « Star Wars », « Blade Runner », « Dune », ce sont des choses qui sont en moi mais la SF ne s'arrête pas aux années 80. J'adore la série « The Expanse» qui est actuel. J'ai beaucoup aimé « Interstellar » ou le deuxième « Blade Runner ». J'aime les BD de Jodorowsky et les BD futuristes. Je ne suis pas rétro-futuriste comme l'est la synthwave mais futuriste. J'ai des sons années 80 c'est vrai, mais pas seulement. »

« En parlant de Blade Runner, il y a un côté Vangelis dans le disque. C'est une influence ? »

« Ce n'est pas une influence mais on me l'a déjà dit. Pour les gens, le synthé c'est forcément années 80 mais tu peux l'utiliser différemment. »

« Tu écoutes des trucs comme Penetrator auquel tu peux parfois faire penser. »

« Non, j'écoute peu de musique à part les BO. Je m'inspire aussi d'autres domaines artistiques que la musique : livres, bd, peinture … Les films m'inspirent énormément, surtout ceux de SF mais aussi les films d'horreur, dans une moindre mesure. »

« Vous étiez trois à la base dans le groupe ? »

« C'est moi qui ai crée le projet. Je fais de la musique depuis longtemps. J'ai fait du jazz, du black-metal. J'ai commencé ce projet en 2017. Pour monter sur scène, j'ai cherché des musiciens. Live il y a mon frère et moi. »

« Tu penses tes concerts comme des ciné-concerts ? »

« De plus en plus. L'image a une part importante dans ce que nous faisons. Il y a des scénarios, des références à des films. Je fais des recherches sur l'image. Il serait impossible de faire un concert sans vidéo aujourd'hui. Chaque chanson a sa vidéo propre. Ce sont des trucs que je crée ou des trucs libre de droit. A l'avenir, j'aimerais beaucoup que nous jouions dans des cinémas avec des gens assis ce qui ne me dérange pas du tout. »

« Tu fais des sons pour des jeux vidéos ? »

« J'en fais pour m'amuser. J'aimerais faire ça davantage. J'ai fait des Bo de court-métrage. Cela a été de très bonnes expériences, à chaque fois. J'aime créer des modulations autour d'un théme. C'est plus riche que le classique couplet/refrain. Entropy Zero est une musique qui s'écoute. C'est presque un voyage astral. »

« Tu ne mets pas de chant pour ouvrir l'imagination ? »

« Oui c'est pour l'immersif. Sans chant, tu ouvres l'univers des possibles. »

« Tu lis les auteurs classiques de SF, Bradbury, Van Gogt ? »

« Je ne lis pas beaucoup de romans, surtout des BD. »

« Ton album est inclassable musicalement. »

« Je suis pas connaisseur en peinture mais j'adore le clair-obscur et ma musique est comme cela. J'adore les trucs calme puis qui pétent. Cela crée de la dynamique. C'est un voyage. »

« Cela peut plaire à plein de publics différents. Tant le public metal que celui électro. »

« On a fait des concerts avec des groupes metal ou syhth wave ou post-rock, des conventions. A chaque fois des gens très différents et qui écoutent des trucs très différents ont accroché. Cela touche tout le monde. »

« Il y a aussi un côté électro dans ta musique. »

« Tout à fait même si je n'en écoute pas. »

« Tu n'es pas nostalgique du passé, des sons d'autrefois ? »

« Pas du tout. Je suis même très pro soft-ware. Aujourd'hui qui enregistre encore sur des amplis, sur de vraies batteries ? De nos jours, le môme de douze ans chante comme le chanteur de Napalm Death. On peut tout faire avec la technique d'aujourd'hui. Je ne suis pas un puriste du vieux matos. »

« Tu es déjà en train de composer pour un nouvel album ? »

« Tout à fait. Le confinement m'a permis d'avancer pas mal. Et on vient de réaliser un clip avec des cos-players qui sortira avant la fin de l'année. Cela va être très beau visuellement. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1469 fois